sak ifé nout jordu ék nout demin

Législatives : S'il y a un accord de désistement républicain entre le PS et le PCR, ce sera seulement sur le papier


Édito
Jeudi 31 Mai 2012

La majorité présidentielle PS, PCR, Front de Gauche, Europe Ecologie Les Verts, à La Réunion, aura tenu le temps de l'élection présidentielle. Et la victoire de François Hollande. A onze jours du premier tour, les deux parties ont déjà adopté leur position. Tout ce qui se mettra en place, ce sera pour préparer la presse ou l'opinion publique. "C'est la faute de l'autre". "Jamais, le PCR ne sera le faire-valoir du PS"...


Législatives : S'il y a un accord de désistement républicain entre le PS et le PCR, ce sera seulement sur le papier
Constat. Paul Vergès demeure un grand stratège politique. Et jamais, le co-fondateur du PCR n'acceptera que le PS, parti dont il a souhaité la création à La Réunion, soit plus prépondérant que le parti communiste réunionnais. Son "PCR". Ce rapport de force PS/PCR à Gauche, c'est sans aucun doute le principal élément qui va déterminer la conclusion ou non d'un accord de désistement républicain au second tour.

"Nous allons bientôt nous rencontrer". Ce refrain, il vient autant des communistes que des socialistes. Et cela depuis plusieurs semaines. Pire, les deux camps savent que même en cas d'accord de désistement, celui-ci ne sera pas respecté. A qui en incombera la responsabilité ? Le PCR, à ce jour, a deux arguments. Le premier : "Le PS n'a pas clarifié sa position dans la deuxième circonscription". Le deuxième : "Le PCR exige une véritable clarification sur l'accord qui existerait entre Didier Robert et des dirigeants socialistes du Sud".

Le PS, sur le énième certificat de divorce, écrira sans doute pour le PCR : "souffre d'un complexe de supériorité, confond sa gauche et sa droite, a des affinités particulières avec tous les gouvernements, et ce quelle que soit la couleur politique, et a tendance à vouloir faire cocu tous ses partenaires". Le PS a déjà pris ses dispositions. Le PCR aussi. Car, si la multiplication de signes qui présageant la division, s'accumulent, des éléments concrétisant une volonté même infime de tendre vers l'union PS-PCR, sont nuls.

Faut-il vraiment s'en étonner ? Pas du tout. Le PS allait-il vraiment soutenir des propositions communistes auxquelles, le parti socialiste n'adhère pas ? Le PCR allait-il vraiment donner quatre à cinq députés au PS (plus peut-être Huguette Bello), et devenir ainsi le faire-valoir des socialistes à La Réunion ? Il y a des situations que Paul Vergès ne pourra jamais accepter. Même si le PS le lui dit avec des roses...




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit