sak ifé nout jordu ék nout demin

Législatives : Eric Fruteau "avanse" sans le PCR et Paul Vergès


Édito
Samedi 31 Mars 2012

Le petit garçon qui distribuait "des tracts et je journal" a grandi. Avec son père et sa mère. Puis sans ses parents. Hier, il a eu une pensée pour eux. "Je les remercie pour les valeurs qu'ils m'ont inculquées". Chemise blanche, pantalon noir, chaussures vernies, un peu comme pour une première communion, avec 500 invités, Eric Fruteau a lancé sa campagne "propre et responsable"…


Législatives : Eric Fruteau "avanse" sans le PCR et Paul Vergès
Eric Fruteau a preparé son meeting de lancement de campagne. Et son entrée sous les applaudissements et les vivas. Il a serré des mains. Son visage rougi trahissait sa forte émotion. C'est avec la même chaleur qu'il a serré la main d'Elie Hoarau, secrétaire général du PCR. Dans cette grande effusion, le maire de Saint-André a même failli faire la bise au maire de Sainte-Suzanne, Maurice Gironcel. Un baiser à la russe ? Ça c'est pour la forme.

Le fond n'avait rien polémique non plus. Ou critique envers son parti ou Paul Vergès. Eric Fruteau a déroulé sa feuille de route. Avec force. Et une volonté affichée de s'engager un peu plus. Toujours avec détermination. Le conseiller général de Saint-André a parlé de départementalisation. "De Léon Lepervanche et Raymond Vergès". Comme pour Huguette Bello, Léon Lepervanche est cité en premier.

Et c'est aussi la seule fois que le membre du Comité central du PCR, a cité le nom "Vergès". Eric Fruteau a mis en avant les hommes de terrain. Il a souvent évoqué la place des militants dans ses victoires électorales, il leur a demandé à plusieurs reprises de l'aider dans la campagne des Législatives qui commence. Même lorsque le maire de Saint-André a fait référence à l'autonomie énergétique et la nécessité de déplacer certains centres de décisions à La Réunion, il n'y a aucune référence à Paul Vergès. Et encore moins au PCR. Pas une banderole ou une affiche faisant référence au PCR dans la salle.

Pas un mot sur les propositions du Parti communiste réunionnais. Eric Fruteau a pris un peu plus ses distances hier avec un parti politique, qui il est vrai ne lui a ni facilité la tâche, ni aidé lors des Municipales de 2008. Et a écarté ses proches lors des Régionales de 2010. Il n'y avait pourtant pas de rancune ou de rancœur dans les mots choisis. Il y avait de la volonté. De l'engagement.

Et beaucoup de certitudes…

Législatives : Eric Fruteau "avanse" sans le PCR et Paul Vergès




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit