sak ifé nout jordu ék nout demin

Le PS va prendre le leadership de la Gauche au PCR, avec l'aide du Centre


Édito
Lundi 21 Mai 2012

Le PCR, surtout Paul Vergès, a toujours veillé à diminuer l'influence du parti socialiste, et ce pour maintenir le leadership du PCR à Gauche. Le PS est en passe de renverser la tendance. Car cette fois-ci, le PCR est condamné à soutenir les socialistes à cette élection. C'est le cas dans la cinquième circonscription. Une partie des communistes est déjà avec Jean-Claude Fruteau. C'est loin 1988.


Le PS va prendre le leadership de la Gauche au PCR, avec l'aide du Centre
Le parti socialiste va non seulement prendre le leadership de la Gauche au PCR, de plus, les socialistes vont le faire avec l'aide des communistes et du Centre. Et le soutien discret d'une petite partie de la Droite. Le PS a le vent en poupe. Gilbert Annette, premier secrétaire fédéral, a appelé Elie Hoarau, secrétaire général du PCR, pour la négociation d'un accord de désistement pour le second tour des Législatives. Le PS négocie désormais en position de force.

Finis les brimades de 2010 et 2004, finis les coups bas, finis les stratégies destructrices, le PCR a besoin du PS. C'est si loin 1988. Rappelez-vous les Législatives de 1988. Jean-Claude Fruteau est le candidat PS. Le maire de Saint-Benoît bénéficie d'une configuration politique favorable pour battre Jean-Paul Virapoullé, maire de Saint-André. Alors que le PS propose au PCR un accord dès le premier tour, Paul Vergès refuse et est également candidat dans la cinquième circonscription.

La motivation du maire du Port à l'époque, était : "Je suis seul à pouvoir battre Jean-Paul Virapoullé". Et lorsque Jean-Claude Fruteau a critiqué la décision Paul Vergès, ce dernier a dénoncé "le syndrome du vieux mâle" qui marque son territoire. Résulat : Jean-Paul Virapoullé a battu Paul Vergès au deuxième tour. Ironie du sort, 24 ans plus tard, des communistes ont affirmé leur intention de voter pour Jean-Claude Fruteau et ce dès le premier tour.

Le PCR qui n'est favori dans aucune des sept circonscriptions, a aujourd'hui besoin du PS local, pour porter et défendre le projet communiste à Matignon et à l'Elysée. Et à l'Assemblée nationale. La seule façon que le PCR a trouvé pour peser sur ces Législatives, c'est de prendre une part active à l'élection des députés de Gauche, à l'exception de celle d'Huguette Bello.

Les cas Bello et Eric Fruteau, seront d'ailleurs abordés lors des rencontres entre le PS et le PCR. Cette fois-ci, les socialistes auront leur mot à dire…




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par TEGO le 21/05/2012 19:27
Quand Jean-Claude Fruteau s'exprime qu'il s'exprime pour ses ouailles du PS et non pour le Centre . TEGO n'a rien avoir avec cette salade de qui sera le 1er de la classe , Jean-Claude Fruteau est en train de nous faire un "(...)" nerveux !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit