sak ifé nout jordu ék nout demin

"Le PCR, ce n'est ni un homme, ni une famille"


Édito
Dimanche 3 Avril 2011

Claude Hoarau a lâché une phrase choc, jeudi au Conseil général : "Il n'y a pas d'héritier su PCR". La place et la personnalité de Pierre Vergès, contestées en interne au PCR, sont donc révélées au grand jour. Est-ce pour autant que l'axe Claude Hoarau, - Eric Fruteau - Huguette Bello, sera confortée ?


"Le PCR, ce n'est ni un homme, ni une famille"
Ni Claude Hoarau, ni Huguette Bello, ni Eric Fruteau ne "s'inscrit à quel que moment que ce soit contre la ligne politique du PCR ou de son chef charismatique Paul Vergès". Pierre Vergès le reconnaît : "Il n'y a pas de ligne de fracture ou de rupture au PCR". Soit ! Il y a tout de même un problème, soit d'hégémonie, soit de stratégie. Ou les deux.

La dernière hypothèse est la plus vraisemblable. Tout simplement parce que la stratégie politique - sur l'essentiel - a souvent découlé de la seule vision de Paul Vergès et de son hégémonie historique.

Cette hégémonie a maintenu des membres du parti - Claude Hoarau, maire de Saint-Louis et ancien député, Huguette Bello, maire de Saint-Paul et députée, Eric Fruteau, maire et conseiller général de Saint-André - influents de par leur engagement, leurs combats et leurs mandats politiques, loin des décisions et des perspectives du PCR (toujours sur l'essentiel). C'était le cas pour les Régionales 2004 et 2010.

Huguette Bello d'abord, et, puis Claude Hoarau ont fait entendre "leurs voix". “Le PCR, ce n'est ni un homme, ni une famille. Mais s'Il n'y a pas de front anti Pierre Vergès, il y a tout de même une volonté de participer pleinement à la vie de notre parti. Nous sommes communistes avec fierté et dans le respect, et aussi avec nos différences”, a dit un membre du parti communiste réunionnais.

"Nous aussi, nous avons pris part à la construction de cette majorité départementale. Le nier, ce serait manqué de respect aux camarades et aux militants. Pourquoi lorsqu'on conteste une décision ce serait contre un individu, il n'y a pour nous qu'une stratégie politique".

"Et puisque dans un tel contexte, certains évoquent l'hypothèse d'un front anti Pierre Vergès, pourquoi ne pas vous demandez s'il n'existe pas depuis quelque temps déjà, un front anti Claude Hoarau, un front anti Huguette Bello et un front anti Eric Fruteau".

Et si la raison exacte de ces luttes intestines au PCR, est tout simplement la succession de Paul Vergès...

Jismy Ramoudou



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par le st andreen le 04/04/2011 04:47
de part son arrogance et son ignorance envers les autres il fera tous pour prendre la place de son père il suffit de voir son
abération jeudi dernier pour les conseillers de ST ANDRE pour lui il y a que le pouvoir et les avantages qui comptent pour
lui les autres ils en fou nullement SACHEZ BIEN QUE LE COMMUNISTE NE VAUT PLUS RIEN PARTOUT SAUF A LA
REUNION

2.Posté par Marie Claude Barbin le 04/04/2011 20:34 (depuis mobile)
En politique comme dans le showbiz, il y a les chefs de famille charismatiques et les fils de... qui tentent (tant bien que mal) de tuer le père..!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit