sak ifé nout jordu ék nout demin

Le Conseil général (co)finance 750 contrats d'avenir et met 20 millions d'euros pour les emplois aidés


Invité(e)
Jeudi 25 Avril 2013

La Commission permanente du Département a validé les éléments de la politique d'insertion de la collectivité. Des chiffres faramineux dans un contexte social de plus en plus difficile. C'est le cas pour le financement du RSA-RSO (535 millions d'euros, 35 millions de plus). Le Conseil général a aussi augmenté l'enveloppe de plusieurs de ses dispositifs d'insertion. Hier, elle a aussi proposé le lancement d'un plan ambitieux de 750 emplois d'avenir.


Le Conseil général (co)finance 750 contrats d'avenir et met 20 millions d'euros pour les emplois aidés
Nassimah Dindar veut lier social et économie. "Face à l'urgence économique et sociale que nous connaissons, la collectivité doit être à la fois l'amortisseur social et le moteur d'un renouveau pour La Réunion", souligne la présidente du Conseil général. C'est une assemblée locale unie et solidaire qui a présenté les éléments de la politique sociale du Département. Les trois composantes de la majorité étaient là. Olivier Rivière représentait lui l'opposition, et ce même s'il n'est pas resté longtemps dans l'hémicycle.

Lors de la présentation détaillée de la politique départementale, la patronne du palais de La Source a surtout mis l'accent sur les 750 contrats d'avenir auxquels le Conseil général apportera sa participation. Le niveau du financement du résiduel, sera différent selon les structures bénéficiaires de ces dispositifs. Il sera de 35 % pour les 250 contrats "en interne" au Conseil général. Il sera de 35 % pour les ligues de sport et entités culturelles, excepté pour la Ligue réunionnaise de football qui aura aussi la contribution de 150 euros/emploi, de la Ligue nationale de football.

L'autre point important, c'est l'ouverture des contrats d'avenir au secteur marchand. L'Etat apporte 35 % du salaire brut, le Conseil général finance à la même hauteur, le reste étant à la charge de l'entreprise. Ce dernier engagement reste lié à une décision de la préfecture. La confirmation devrait intervenir dans les prochains jours. "Chacun sait combien des dispositifs récents comme les emplois d'avenir sont loin d'être la panacée, mais ont le mérite d'exister. C'est aussi pour cela que nous devons fédérer nos énergies et constituer ensemble collectivités-entreprises-associations, la triptyque-socle d'une mobilisation pour la relance de l'emploi des jeunes Réunionnais", a dit Nassimah Dindar.

Le Conseil général veut aller plus loin dans sa participation à la mise en place des contrats d'avenir à La Réunion. Ainsi, la collectivité a proposé au Rectorat de financer, via la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées), des auxiliaires de vie scolaire (AIVS). "Nous attendons des informations du Rectorat", a précisé la présidente du Conseil général. Autre point développé hier lors de la conférence de presse : les emplois aidés. Cette année, le Département a voté un budget de 20 millions d'euros pour ce dispositif.




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par maryline le 28/04/2013 23:54
combien de contrat sra donné a Erudel su la plaine des palmistes? mais madame juste inn ti conseil, regarde bien si na point sa famille rienke dedans parske seré bien bete ki retombe su out dos!!!c'est bien triste que nos elus qu'on a mi en place ne pense qu'a eux et se disent qu'a part leur epouse, cousins, cousines, freres, soeurs, personne d'autres n'a le droit de manger

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger