sak ifé nout jordu ék nout demin

La rupture totale et définitive entre le PS et le Progrès, aura lieu - au plus tard - avant les Régionales 2015


Édito
Mercredi 28 Août 2013

Le désordre, qui règne au PS, surtout depuis le changement du premier secrétaire fédéral puis la création du Progrès, n'a rien de nouveau. Cette bagarre entre les socialistes "des villes" et ceux "des champs", a connu un autre épisode épique avant les Régionales 2010. La constitution d'une liste unique PS à cette échéance électorale, relève presque d'un miracle. Un autre miracle peut-il se reproduire en 2015 ?


La rupture totale et définitive entre le PS et le Progrès, aura lieu - au plus tard - avant les Régionales 2015
Il s'en est fallu de peu pour qu'il y ait deux listes socialistes aux Régionales 2010. L'une de la mouvance de Gilbert Annette, l'autre de celle de Patrick Lebreton et qui aurait été conduite par Jean-Jacques Vlody. Une ultime réunion dans l'Est a permis de sauver l'union. Tant bien que mal, le PS, qui est resté uni en 2011 (pour les Cantonales et les Sénatoriales) et en 2012 (pour la Présidentielle et les Législatives), a masqué ses divergences et dissensions pour remporter des succès significatifs, dissimulant à peine l'union de façade.

L'élection de Philippe Leconstant au poste de premier secrétaire fédéral du PS, il a succédé Gilbert Annnette, a fait voler en éclats le vernis craquelé. Seule la tutelle de Paris, et la fidélité des parlementaires du Progrès au PS national, stoppent pour l'heure les velléités des socialistes des "champs". Ce n'est toutefois qu'une question de temps. Pour plusieurs raisons. La situation actuelle sera difficile à tenir. Que ce soit à Saint-Benoît entre Jean-Claude Fruteau et Philippe Leconstant, ou à la Petite-Ile. Axel Zettor pourrait avoir comme concurrente Christine Soupramanien (si celle-ci accepte la demande de Patrick Lebreton).

D'autre part, il est évident que Gilbert Annette et Philippe Leconstant, soutenus par Paris, veulent mettre fin à ce conflit récurrent entre le Nord et le Sud. Et se débarrasser du même coup de partenaires plus gênants que la Droite. Les primaires pour être candidats aux Municipales 2014, et surtout les prochaines Régionales 2015, offrent aux deux dirigeants PS le prétexte idéal, pour provoquer une rupture totale et définitive avec les socialistes du Progrès.

Une liste PS et une liste Progrès aux Régionales 2015, c'est une hypothèse plus que probable. C'est vrai, c'était aussi le cas en 2010. Mais cette fois-ci, le contexte est différent. L'exaspération est forte dans les deux camps. La question est : qui va assumer la responsabilité de la rupture à venir ? La réponse ; "c'est la faute de l'autre". Sûrement.




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Mwn mi di le 28/08/2013 08:07
3 raisons peuvent pourrir la campagne des socialistes péi :

Une division entre socialo-socialistes péi

Une affaire judiciaire

Un bilan désastreux de HOLLANDE PS , le chômage continue à progresser ( Déc. 2013 ? ) , les mesures annoncées par le gouvernement socialiste, écologiste, radicaux de gauche

la perte de confiance des socialo militants , les sympathisants ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit