sak ifé nout jordu ék nout demin

La place des femmes en politique et les droits des femmes : un combat socialiste !


Politique
Dimanche 8 Mars 2015

Pour Jean Jacques VLODY et les candidates aux élections départementales du Tampon, Florence ROBERT, Isabelle MUSSO, JEAN CLAUDE NATIVEL et Isabelle PITOU, la Journée du 8 mars est l'occasion de réfléchir et de débattre sur l'évolution des droits des femmes sur les avancées et les combats futurs.


Communiqué de presse de Jean Jacques VLODY et de la Section Socialiste du TAMPON dans le cadre de la Journée Internationale des Droits des Femmes du 8 mars 2015.


Jean Jacques VLODY a souligné que c'est lorsque les Socialistes sont au pouvoir que les droits des femmes avancent et notamment la parité. Ce sont les Socialistes qui ont nommé la première femme ministre Irène JOLIOT-CURIE en 1936. La première femme Premier Ministre était la Socialiste Edith CRESSON. La première candidate à la Présidentielle Ségolène ROYAL et la première ministre de L'Education Nationale Najat BELKACEM sont toutes deux socialistes. 

 

Ce sont les Socialistes qui ont fait adopter la loi sur le parité en politique ainsi que la loi ROUDY sur l'égalité professionnelle en 1983. En 2012, la première loi de la mandature a été la loi sur le harcèlement sexuel.

En 2014, un temps fort pour les droits des femmes a été l'adoption de la loi cadre pour l'égalité réelle entre les hommes et les femmes.

Les droits des femmes avancent aussi au niveau politique avec la loi du 17 mai 2013 relative aux élections départementales qui instaure une parité stricte au Conseil départemental avec l'élection d'un binôme homme-femme par canton. Alors que la proportion d'élues actuellement est de 8%.

 

Isabelle PITOU a transmis un message sur l'engagement politique au féminin.

 

Il est primordial de rester vigilants, de sensibiliser quant à l'importance de cette journée parce que rien n'est jamais acquis définitivement et que des combats restent à mener; nous pouvons citer le combat contre la prostitution, le combat pour la parité dans la vie quotidienne, dans le monde du travail, dans les tâches ménagères...  En politique on a des avancées en matière de parité, avec ces élections départementales des 22 et 29 mars et son scrutin binôminale paritaire. 

 

C'est une chance dont les femmes doivent s'emparer lors de ce scrutin mais il est aussi nécessaire de soulever les difficultés à mettre en application cette loi tant l'engagement politique au féminin reste difficile . 

S'investir en politique au féminin n'est pas une évidence puisque ce milieu reste sexiste, machiste et qu'il est bien difficile pour une femme de s'y imposer. De plus les conjoints sont  souvent réticents à l'engagement de leurs compagnes dans ce milieu, s'ajoutent à cela des contraintes familiales (enfants, tâches ménagères...) et  contraintes professionnelles. 

Même si avec ces nouvelles lois en matière de parité nous gagnons en droit, et que la démocratie avance, et bien,  paradoxalement de plus en plus de femmes ne veulent plus voter, s'abstiennent car elles ne se sentent pas concernés par la politique ou pensent que la politique ne s'intéresse pas à elles.

 

Pour Florence ROBERT les femmes doivent rester actives, autonomes, émancipées, formées, diplômées, et doivent prendre toute leur part à l’économie et à la vie sociale de notre pays,engager notre pays sur un chemin sans retour, celui de l’égalité entre les femmes et les hommes sans laquelle il n’est pas de réelle liberté. La journée Internationale des droits des femmes demeure aujourd'hui encore une journée de lutte et de revendications

 

Isabelle MUSSO a également souligné les progrès réalisés par le  gouvernement socialiste en matière de droits des femmes et notamment dans le domaine de la parité aux élections départementales. 

Les droits des femmes  restent un combat permanent  et malgré des avancées indéniables , les acquis  sont fragilisés par des mouvements conservateurs, par une ambiance sexiste et défavorable aux femmes (violences conjugales , harcèlement dans l'espace public, exclusion des media) et par un contexte de crise dont les femmes sont les premières victimes  (chômage , emplois peu qualifiés , temps partiel contraint , plafond de verre).

 

Le gouvernement socialiste a fait adopter la loi pour l'égalité homme-femme, cette  loi s’attaque aux inégalités femmes-hommes partout où elles se manifestent encore, travail, famille, séparations, violences, media, parité….

Le slogan: les droits des femmes passe par la gauche n'a pas menti.

La  réforme territoriale est une réforme qui renforce la parité et nous pouvons nous réjouir de cette réforme innovante et juste qui vient corriger ce grave dysfonctionnement qui régnait dans la représentation des cantons au conseil général. Si la parité est une question de justice et d'égalité. En effet cette collectivité a pour compétence, l'action sociale et les politiques de la famille , de l'enfance , de la personne âgée et du handicap. 

Ce sont des domaines où les femmes sont particulièrement investies et assument une part importante des tâches éducative et de soins aux ainés. 

Par cette loi portée par les socialistes , (engagement de F. HOLLANDE), les femmes pourront elles aussi initier et choisir les dispositifs locaux qui favoriseront le bien-être des familles. Donc je me réjouis  de cette perspective apportée par cette cette loi:plus de démocratie et plus de justice et un renouvellement des représentant(e)s politiques !. 


La Section socialiste du Tampon



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue