sak ifé nout jordu ék nout demin

La pensée unique du colonialisme qui fait son lit à La Réunion depuis toujours s'est repeint en vert écolo pour mieux nous tromper


Billet
Lundi 9 Décembre 2013

A la lumière du risque requin, certains métropolitains se rendent compte du colonialisme qui sévit encore ici. Le dicton populaire nous dit: mieux vaut tard que jamais. Ce colonialisme est encore plus puissant qu'avant, puisqu'il ne fait plus de distinction entre créole et métropolitain. Ce colonialisme c'est l'écologisme. Il puisse son pouvoir à un niveau international, en dehors de tout contrôle démocratique. Ce colonialisme repeint en vert a agrandit le camp des opprimés. Comme hier le colonialisme avançait vêtu du masque de la « mission civi­lisa­trice », cette politique brutale de l'écologisme est drapée du nec plus ultra des concepts environnementaux et humanistes, le « devoir de protéger l'environnement » des populations pour mieux éradiquer leur pauvreté.


A la lumière du risque requin, de plus en plus de métropolitains se rendent compte du colonialisme qui sévit encore ici. Le dicton populaire nous dit: mieux vaut tard que jamais. Ce colonialisme est encore plus puissant qu'avant, puisqu'il ne fait plus de distinction entre créole et métropolitain. Ce colonialisme c'est l'écologisme. Il puisse son pouvoir à un niveau international, en dehors de tout contrôle démocratique. Ce colonialisme repeint en vert a agrandit le camp des opprimés. Comme hier le colonialisme avançait vêtu du masque de la « mission civilisatrice », cette politique brutale de l'écologisme est drapée du nec plus ultra des concepts environnementaux et humanistes, le « devoir de protéger l'environnement » des populations pour mieux éradiquer leur pauvreté.
 
C’est que pour ceux qui résistent, derrière l’appropriation des mots de liberté, de justice, de droits des peuples par les tenants de l’ordre néocolonial, se révèle, dans la misère et l’exploitation, la perma­nence de la laideur du désordre du monde. La domination a changé un peu dans ses formes et tente de violer le sens des mots. Mais pour ceux qui vivent la réalité de l’injustice et la violence, l’aliénation et l’exploitation, le Cmac a le devoir d'aider à décrypter les nouvelles superstitions diffu­sées de manière insidieuse par des médias dont la fonction est de vendre les esprits aux marchands (300 personnes chiffre officiel de la préfecture).
 
Cette gestion s’accompagne de pratiques répressives et coercitives, dont l’idéologie renvoie aux pires heures de l’histoire, en formant une société de surveillance construite au nom de la sécurité et contribuant à la criminalisa­tion des exclus, des déshérités, mais aussi de toute personne tentant de résister (éleveur, planteur, pêcheur, surfer, plongeur et tout simplement citoyen).
 
Par un suprême subterfuge intellectuel, matraqué par des moyens de plus en plus massifs, sophistiqués mais sans aucune finesse, en cette période pré-électorale, nos décideurs locaux quelque soit leur couleur politique et qui ne sont que les tenants de cet écologisme, ont cru bon d'envoyer leurs nervis pour souffler sur les braises du clivage zoreil/créole, et empêcher ceux qui ont compris leur manœuvre, de s'unir contre l'écologisme. Ils ont échoué, le feu n'a pas pris !!
 
Que de chemin parcouru depuis que nous avons rencontré certains membres des autres associations.  Il aura fallu du temps et des drames pour que les préjugés soient surmontés. Il l'aura fallu ne plus croire en ces mensonges véhiculés qui ne visait que la désunion. La Réunion est encore cette espèce de zone grise où la décolonisation est restée dans l’entre-deux et qui fait son lie sur une division savamment organisée à chaque échelon du pouvoir. Division suivant la race, division suivant les origines, division suivant les catégories sociales, division suivant les croyances politiques ou religieuses, division géographique suivant que l'on soit de Petite France ou de Saint-Gille-les Bains. Il est curieux de voir au fond à quel point le camp des opprimés est extensible aux personnes qui ne pensaient jamais s'y trouver.
 
La lutte pour la liberté amène les gens des Hauts, les gens des bas et ceux des plaines, tous ces hommes et femmes vraiment attachés à La Réunion, à leur racines, à son Histoire et à sa culture, à se rencontrer, à se connaitre, à se respecter. Notre combat est commun, il l'a toujours été, la terre et l'océan qui nous entoure, ne forment qu'une seule et même île. Même si des divergences demeurent encore, c'est aussi cela la démocratie, nous sommes aujourd'hui unis contre la pensée unique du colonialisme, qui fait son lit à La Réunion depuis toujours mais qui ces dernières années s'est repeint en vert écolo pour mieux nous tromper.


Collectif pour le maintien des activités au cœur de La Réunion



C.mac



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par comique le 09/12/2013 07:25
Courrier délirant mais comique !! Ainsi aujourd'hui les résistants qui affrontent "les pires heures de l'histoire" sont les vacanciers, les vendeurs de sandwiches et les surfeurs de Saint-Gilles !! L'ignorant qui écrit ce texte confond un peu tout et voir resurgir le colonialisme parce que le Préfet interdit aux surfeurs de surfer en dehors des zone autorisées !! Pour un peu il nous expliquerait que les patrons de camion bars sont eux aussi des résistants à la milice nazie du Parc National, quand ça atteint un tel degré de bêtise, il n'y a plus grand chose à faire....

2.Posté par Tragique le 09/12/2013 14:29
@comique, je trouve que tu ne tires pas le débat vers le haut. Ce texte a le mérite de se poser au moins des questions. Après, il n'y a pas de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Bravo à ceux qui ont écrit ce texte, ça m'a fait réfléchir... ;-)

3.Posté par Bayoune le 09/12/2013 21:01
o fir à mezure le maske du C. MAC tonbe, éli aparé dosou in vré vizaze, in vizaze de kolaborasiyon avèk lé zinmi du réniyoné - ke la té sasé de Sinzil'land - pou lèss la plass à ces parvenus de la belle société de surfers. In zanbrokal de sirkonstanss, ou i mélanze sankoulèr èk sate i sobate pou sirvive dosi zot ti boute la tèr lo Parc NaZional franSSé la sass azot. Quel intérêt commun entre les surfers qui s'approprient la mer au mépris des familles qui viennent un week end dosi la plage, et les petits planteurs interdit par le Parc d'utiliser leur terrain, sur lequel ils paient des impôts et ne peuvent l'exploiter, parske la trouve in ni de lézar ver ou de papangue. Papa la touzour di amwin i mélanze pa torson èk serviète. Les petits éleveurs et planteurs de Petite France ont-ils encore le droit de se mélanger avec les blanvenus à St Gilles les Bains?? Pourquoi confondre les enfants du colonialisme avec les colonisés victimes des exclusions ...

4.Posté par Baswa le 10/12/2013 06:19
Stupéfiant, ridicule, l'article. Doit on comprendre que si le problème requin n'avait pas existé, la question du colonialisme n'aurait jamais été à l'ordre du jour du collectif ? C'est ça le colonialisme, des requins dans l'océan ?
Le colonialisme, c'est pour la majorité des Réunionnais, la précarité, la misère, le chômage, l'illettrisme et l'exil. Ce n'est pas la,plage, ni le surf et le bodyboard.
Le colonialisme c'est le résultat d'un peuple colonisé et exploité par des colonialistes. Certes, beaucoup de Zoreils ne sont pas colonialistes, mais de grâce, pas d'amalgame. Ce collectif essaye de faire croire qu'ils sont des victimes de l'Etat colonialiste, au même titre que les natifs de notre île. Ce n'est ni sérieux, ni crédible.
Leur présence, de plus en plus massive, alors que La Réunion se vide de sa jeunesse, de ses forces vives à cause de l'exil, ça c'est véritablement du colonialisme. Il existe autre chose que le surf et pas seulement le tourisme, pour développer La Réunion et de couper avec le colonialisme.
Mais bien sur, ils ne sont pas fautifs. C'est ce système qu-il l'est. C'est ce système qui leur permet d'oser écrire de telles inepties.
Pour conclure, au delà du mouvement international écologiste, il existe des accords internationaux qui reconnaissent à l'Homme, l'animal le plus prédateur, pour protéger toutes les espèces en voie de disparition.
Les élucubrations d'une petite poignée de nantis, sur un petit cailloux dans l’Océan Indien, parait bien dérisoire à l'échelle planétaire.

5.Posté par martinebonbois le 24/07/2014 21:05
Quand les gens n'ont pas envie de comprendre ils ne comprennent pas. N'est ce pas comique, bayoun et baswa. Restez dans vos vieux clivages c'est encore ce que vous pouvez faire de mieux pour le colonialisme et l'écologisme.

6.Posté par André le 29/07/2014 13:07
Dans le fond les revendications sont légitimes, mais leur fonctionnement laisse à réfléchir , dire que ce collectif est apolitique, je me pose des questions .....

7.Posté par Mimi le 29/07/2014 15:58
A André...ce collectif n'est pas apolitique, puisque ces revendications sont hautement politiques. En revanche il est non partisan. Il n'est sous la coupe d'aucun élus. Cela vous surprend, André, qu'il y ait des gens libres à La Réunion? Ne vous posez plus de questions et rejoignez les.

8.Posté par lastik le 29/07/2014 23:08
Zot liberté po la liberté, tout de mond,na droit fé sa zot y veut , sa y appel anarchie , les hippies lé té plu nombreux!

9.Posté par stéphane le 29/07/2014 23:21
collaro aurait dit: quelle est cette secte très très étrange! ce sont ceux qui défendent la nature,mais la leur!

10.Posté par Thiburce le 11/08/2014 12:01
Sacré Bayoune Toujours des amalgames et des rapprochements abusifs.. Ce n'est pas la première fois.
Je partage votre point de vue, au sujet des planteurs et éleveurs des hauts. Ils doivent avoir le droit de pratiquer leurs activités sur leurs terres, sans être ennuyés par les administratifs et les écologistes.
Par contre les surfeurs doivent aussi avoir le droit de pratiquer leurs activités. Ces surfeurs ne s'approprient pas la mer au détriment des familles. Chaque famille qui veut aller pique niquer sur la plage peut le faire. Les deux peuvent cohabiter .Personne n'empêche des personnes, quelles qu'elle soit, de pique niquer, de pratiquer le surf, de se baigner . Je ne vois pas où est l'opposition.

11.Posté par tioztikok le 11/03/2015 21:12
Bonsoir à tous,
Pas de polémique, ce n'est pas justifiable on est un Homme/ou pas?à mon humble avis ce komantatèr n'est pas IGNORANT, non pas du tout, il n'est pas masqué comme certains DES GRANDS HOMMES qui ne sont Plus,mais en notre ÂME éveillé je Pense toujours à ce GRAND Mésié PAIX en son ÂME MR VARONDIN voyait et qui Biensur j'étais comme Beaucoup de Réunionnais pas tout à fait fautif de leur misère D'esprit très compréhensif très peu ou pas assez pour financer les études"mis à part certaines riches familles/et des Propriétés Agricoles"Bref ne reculons pas mais construisons l'exemple de la Nouvelle Calédonie"chapo"eau"la Question qu'on devrai se poser autrement dis-MOI quand es-ce qu'on a eu un Président de La République "DOM/TOM?après j'en aurai d'autres curiosités CONSTRUCTIF.Parfois il ne faut pas dire Amen à tout.Moi-même en mon retour de Métropole en 1996 picniké avec enfants sur la plage de la PETITE FRANCE"rire"à st-Gilles st-tropez Made IN REUNION"Rire"heureusement que j'ai demandé au policier qui voulai m'expulser de la plage me demander mais qui ce GRAND HOMME investissant ainsi un lieu Public"la mer/plage.J'ai appris une chose dans la vie faire taire se silence que certains sans FOI et peur de mourir alors préparons ainsi de-même bravo dirons létizanfans dans ma tombe.Alors voilà et tenez bon celui qui nie pas ses VALEURS oui et oui perdu si tu ne sais pas d'ou tu sors,tu ne sauras pas ou aller,0692401429 Amitiés et sache que petit guignol que je suis l'Amour sera toujours là et là pas ke dankèr vivant mais mort aussi l'Amour on en parlerons encore et encore et encore DES GRANDS HOMMES comme excactement on en parle de KAYA BOB Légend pour certains et d'autres MOÏSE JESUS MOHAMMAD PAIX et Bénédictions à tous ceux qui ne se laisserons plus Ramper face aux MECREANTS politiques votez qui? D'abord faudrai un Grand débat peu importe L'élus en face de Moi s'il me manque de respect il ne doit pas être représentant de la ville,je considererai mes opposants sans leur vulgariser.Amitiés

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 3 Septembre 2015 - 22:18 Vitesse et alcool