sak ifé nout jordu ék nout demin

La défaite de Virapoullé aux Sénatoriales, a-t-elle "ralenti ou stoppé" les velléités d'un grand centre ?


Édito
Dimanche 20 Novembre 2011

Sans doute pas. Toutefois, la perte de son siège de sénateur donc de "légitimité" politique de Jean-Paul Virapoullé, va d'une part compliquer la mise en place d'un grand mouvement au centre, et d'autre part, pourrait réduire son champ politique. Nassimah Dindar et Bachil Valy ont-ils suffisamment de "neutralité" et de "crédibilité" pour la création d'un centre le plus large possible ?


La défaite de Virapoullé aux Sénatoriales, a-t-elle "ralenti ou stoppé" les velléités d'un grand centre ?
Plusieurs "centristes" comptaient sur Jean-Paul Virapoullé comme dénominateur commun pour le lancement d'un grand mouvement au Centre. Son passé centriste et sa volonté de revenir au Centre d'une part, sa dimension et sa légitimité politiques d'autre part, auraient alors permis de rassembler la plupart des courants du Centre, sans pour autant "se mettre en avant ou prendre la tête de ce rassemblement", avait dit l'ancien parlementaire.

Malheureusement pour Jean-Paul Virapoullé et un certain nombre de centristes, le leader politique subissait sa quatrième défaite politique (Municipales 2008, Régionales 2010 et Cantonales et Sénatoriales 2011). C'est beaucoup pour espérer conserver sa crédibilité et sa légitimité politique, et fédérer un grand mouvement au Centre. Alors quel scénario mettre en place pour lancer "un vrai espace centriste de réflexion, discussion et création de projets ?"

S'il est vrai qu'aujourd'hui que le Centre est la quatrième force politique de La Réunion, son identité a du mal à s'affirmer. Eparpiller entre la Droite et la Gauche au sein du Conseil général et étirer pour ne pas dire écarteler entre la Droite et la Gauche à chaque échéance électorale, le Centre, c'est avant tout des individus plus ou moins charismatiques et/ou opportunistes.

Et, il est évident que ce ne sera pas simple de rassembler tout ce monde sous la bannière d'un grand centre. C'est le défi que veut relever Nassimah Dindar et Bachil Valy. La création de la nouvelle Droite sociale est la première étape de cette démarche. Les deux conseillers généraux veulent proposer à la classe politique un espace de d'échanges, de débats et de rédaction de projets de développement pour La Réunion.

Ce grand mouvement au Centre ne sera pas autre parti politique, mais un simple et vrai espace de liberté où chacun(e), et ce quelle que soit son étiquette politique, peut y venir et repartir à son gré. La présidente du Conseil général s'appuiera sur son expérience (gérer et travailler une majorité composite) pour montrer que La Réunion peut être solidaire et efficace lorsque l'union est définie et respectée...




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par TEGO le 21/11/2011 04:10
Cette Droite sociale est mort né , La présidente du Conseil général ne peut pas être un jour à droite , à gauche et demain au Centre . J'appelle la politique de cette dernière ... Une politique opportunistes

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit