sak ifé nout jordu ék nout demin

La MASCARADE du Député-Maire de Saint-Leu


Citoyen
Jeudi 2 Juin 2016

Comme vous tous, lecteurs fidèles de la presse et citoyens de Saint-Leu, il est plus que temps de porter ensemble,une analyse critique de l'évolution de la route du littoral. L'opposition se lève comme toujours pour en faire le procès et perturber ce projet si important pour l'économie de l'île et la sécurité de la population. Un référendum local imposé par le Député Maire de St Leu aura bientôt lieu, le 12 juin 2016 sur le projet de carrière à la ravine Du Trou .


Une vision apocalyptique nous est offerte concernant l'exploitation de ce site. L'objectif serait de pouvoir démêler le vrai du faux, nous rassurer sur les impacts environnementaux et les effets collatéraux si prônés pour nous faire peur et surtout pour nous faire agir en sa faveur.
Les assauts incessants et non justifiés du principal opposant mettent en doute le professionnalisme et le sérieux des spécialistes qui en ont fait longuement étude et travailler à cette réalisation.
Avons-nous besoin de cette nouvelle route du littoral ? Nous en sommes sûrs, c'est plus qu'une nécessité !
Avons-nous les moyens d'attendre encore et encore ? Non
Ensemble faisons un retour en arrière, un survol des actions du Député Maire à St Leu et analysons les aberrations qui font surface et ses inepties comportementales. La commune de St Leu a évolué dans une sorte d'entretien au quotidien difficile à se maintenir et une gestion, disons « calamiteuse » car déficitaire de 40 millions d'euros. En ce moment tous les chantiers restent en berne : école de Bois de Nèfles, école Estella Clain, piscine, double- médiathèques ... C'est pourtant un magistrat qui se glorifie d'une compétence exemplaire en matière de gestion.
Ensemble analysons, les stratégies et les justifications de sa maîtrise politique, mises en places depuis toujours, vous avez appris à bien le connaître depuis 2008 :
- créer un impact psychologique pour pratiquer
la désinformation et engendrer la peur.
- utiliser l'exagération pour décrire un problème.
- compter sur l'obéissance forcée des électeurs sous le joug de la pression
- juger de l'incompétence des autres : spécialistes, supérieurs hiérarchiques, techniciens...
- faire des recours incessants en justice avec l'argent des contribuables
- renier tous projets n'émanant pas de lui car non conforme à ses ambitions
- susciter des référendums fallacieux qui ne sont que de faux-semblant de la démocratie jusqu'à présent proposé. A-t-il honoré sa parole du référendum pour les élections régionales ? Non, son intérêt personnel était en jeu.

Ensemble transposons le projet : Si c'était lui, à la tête de ce projet, où aurait-il pris les andains nécessaires ? à la ravine du trou ?... Qu'importe l'endroit sur l'île, l'impact environnemental serait-il différent ?
La route du littoral aurait-elle été d'actualité ou en berne comme les projets à St Leu? Avec lui, le coût de la route serait peut-être moindre, comme pour ses maisons créées dans l'inégalité, dévoilé dans la presse !
Ensemble voyons, ce qu'il en est vraiment, de son intérêt pour l'environnement à travers ses actions :
- société de transport à Bois de Nèfles : nuisance sonore diurne et nocturne pour les riverains, pollution de la nappe phréatique par le rejet des huiles de vidange sur place. A-t-il eu jusqu'à présent un peu de scrupule pour ses habitants là?
- Ce « non » pour l'exploitation de la carrière de Bois Blanc, est aussi un enjeu d'intérêt personnel pour sa popularité, sa médiatisation, son savoir-faire jugé exemplaire par lui.
Posons-nous cette question :
Le jour J, les intérêts de sa société se trouveront-ils pris en otage ? Rappelez-vous pour la grève des camionneurs !
Ensemble réfléchissons, l'exploitation de ce site, n'exige pas autant d'impacts prédits par le Député Maire. Que vise-t-il ? Ses actions ne semblent pas dénuées de toute innocence ! Il ne pourrait agir sans se référer à ses intérêts !
Pourtant, notre vie locale s'en trouverait flattée par les 70 emplois directs générés sur le site durant quatre bonnes années! La situation critique du chômage qui honore les 43% sur la commune s'en trouverait confortée. Ne devons nous pas œuvrer pour contrer le chômage ? D'autant plus que la carrière deviendra à l'issue de l'exploitation, des surfaces agricoles irriguées de
10 ha. Cette réglementation est imposée à la SCPR par une caution 4,5 millions d'euros à titre de garantie. Le trou ne restera pas béant ! Prenons acte de ces faits dans le dossier. Pourquoi chercher à toujours envenimer des actions qui nous permettraient d'aller vers l'avant ? Réfléchissons ! Les problèmes collatéraux seront résolus et nous serons tous fiers de la nouvelle RNL pour notre sécurité à tous et pour la vie économique de notre île.
N'oublions surtout pas que « le gagnant est un producteur de perdants ». Sans cette carrière, nous, nous serons les perdants.
Ensemble visualisons chaque point, étudié minutieusement par modélisation du projet, en se référant au dossier du projet de carrière institué par la SCPR. Les risques éventuels ont été mis en étude visant la réduction des nuisances en fonctions des saisons et des conditions météorologiques, visant la protection de la population et une évaluation des impacts environnementaux et sanitaires.
Avons-nous encore le droit de se laisser influencer par des propos diffamatoires, mensongères, favorisant la désinformation, pour nous plier à des revendications injustifiées et que le Député Maire de St Leu obtienne ce qu' il n'a pas eu ?
Il ne fait que transférer le réel en virtuel !

Nous ne pouvons juger sur ce que nous ne maîtrisons pas. Ne nous laissons pas emporter par la désinformation.

Des citoyens de Saint-Leu soucieux de l'intérêt collectif



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Juin 2019 - 12:12 Mensonges à la Chambre des Métiers