sak ifé nout jordu ék nout demin

La Droite joue gros au Tampon


Édito
Vendredi 2 Mars 2012

Qui va céder ? En présentant mercredi soir une motion pour la mise à l'ordre du jour du prochain conseil municipal : le retrait des délégations du maire, le groupe de "27" fidèle à Didier Robert pose en quelque sorte un ultimatum à Paulet Payet. Le maire du Tampon a un atout principal : le temps joue en sa faveur ?


La Droite joue gros au Tampon
La Droite, d'une manière générale, observe de loin ce qui se passe au Tampon. Rares sont ceux qui essayent de faire une proposition consensuelle dans ce conflit fratricide. Michel Fontaine, président de l'UMP, veut réunir les deux principaux protagonistes autour d'une table. Paulet Payet et Didier Robert ne sont pas opposés à une rencontre. Mais que peut-il en ressortir, surtout après l'évolution inattendue du conflit, et le conseil municipal de mercredi soir.

Que s'est-il réellement passé mercredi soir ? L'opposition qui s'est créée au sein de la majorité municipale, a présenté une motion. Celle-ci demande au maire d'inscrire à l'ordre du jour : le retrait des délégations du maire Paulet Payet. Si le premier magistrat exécute la motion, le maire n'aurait plus que la responsabilité de l'Etat civil, et l'autorité sur la police.

Autre conséquence, le maire n'ayant plus aucune prérogative, toute décision qui doit être prise pour la bonne marche de la commune, devrait se faire en conseil municipal, c'est-à-dire qu'il pourrait y avoir au moins conseil municipal par semaine au Tampon, et ce même pour savoir qui inaugure et les orchidées ou représente la mairie au bal des pompiers.

Il est évident que le groupe des "27" souhaite pousser Paulet Payet à la démission. Toutefois, cette tactique de l'opposition née au sein de la majorité municipale, a peu de chance d'aboutir. Paulet Payet n'inscrira pas à l'ordre de jour de son prochain conseil municipal, le retrait de ses délégations. Il n'entend pas se faire hara-kiri.

L'actuel maire du Tampon qui a confirmé sa candidature aux Législatives dans la troisième circonscription, veut obliger ses détracteurs à une négociation et à un partage des pouvoirs et des fonctions électives. C'est ça où les 27 "opposants" devront démissionner pour provoquer des Municipales partielles, et reprendre après peut-être la mairie. Mais pour la Droite, il y a un "peut-être".

Ce "peut-être a jeté le trouble au sein de la Droite. L'UMP Paris informé entre autres par Paulet Payet de l'évolution de la situation, espère une issue consensuelle. A La Réunion, Michel Fontaine a rencontré les deux principaux protagonistes. Le président de l'UMP local propose maintenant une discussion à trois. Ce ne sera pas simple.

"En cas de Municipales anticipées, la Droite n'est pas sûre de conserver la mairie du Tampon". Paulet Payet et Didier Robert le savent. Michel Fontaine, André Thien-Ah-Koon et Jean-Jacques Vlody aussi.




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit