sak ifé nout jordu ék nout demin

L'union de la Droite a définitivement baissé pavillon hier 14 juillet


Édito
Lundi 15 Juillet 2013

Je l'ai écrit à maintes reprises "l'union de la Droite n'a jamais été une réalité, ce n'est qu'un concept". Surtout pas lors d'un premier tour de scrutin. Et ce sera encore vrai au second tour des Municipales 2014. La candidature déclarée de Didier Robert au Tampon et celle confirmée de Gino Ponin-Ballom à Saint-Denis, condamnent de manière définitive, une union voulue par tous, dans l'absolu, mais pour laquelle nul ne veut se sacrifier. Surtout pas pour les Régionales 2015.


L'union de la Droite a définitivement baissé pavillon hier 14 juillet
A qui faut-il imputer l'impossible union à Droite. Deux possibilités. A personne. Ou a tout le monde. Nul n'est plus responsable que l'autre. Qu'importe les ambitions personnelles, le pouvoir de nuisance ou les affinités avec le camp adverse. Car, l'union exige une volonté d'être ensemble, des convergences d'idées ou d'esprit et des projets en commun. Et dans aucune des quatre villes où la Droite tente de construire l'union, il n'y a au moins deux de ces éléments.

Ainsi hier au Tampon, Didier Robert (Objectif Réunion) a écarté, avec fermeté, toute alliance avec André Thien-Ah-Koon, alors que Nassimah Dindar (UDI) veut l'union avec TAK. Et, Michel Fontaine (UMP) va-t-il accepter que Paulet Payet (UMP) soit exclu de la liste conduite par Nathalie Bassire (Objectif Réunion)? Comment cette position très personnelle de Didier Robert va-t-elle être acceptée par les responsables des "partis amis" ? Nassimah Dindar (UDI) a déjà dit à Didier Robert, lors du voyage en Inde, qu'elle veut "l'union totale y compris au Tampon". C'est-à-dire avec André Thien-Ah-Koon.

La question se pose à nouveau et cette fois-ci à Saint-Denis lorsque le président d'Objectif Réunion désigne Nassimah Dindar ou Michel Lagourgue (tous deux UDI) comme tête de liste. "Ceux qui sont les mieux placés pour faire gagner la Droite". Qu'est-ce qui permet à Didier Robert d'avancer ces informations alors qu'il y a quelques semaines encore il déclarait à René-Paul Victoria : "Je suis le mieux placé pour faire l'union à Droite". Bien sûr, c'est le jeu politique. Et Didier Robert a raison de jouer sa partition. Mais quelle en est sa crédibilité ?

Cette question est plus jamais d'actualité à Saint-Paul. Car, l'équation sera de traiter de la même façon deux conseillers régionaux (Yoland Velleyen et Fabienne Couapel, tous deux Objectif Réunion) jamais confrontés au suffrage universel direct, à un ex-maire, Joseph Sinimalé (centriste) aujourd'hui conseiller général, et à un ex-Premier vice-président du Conseil général, Cyrille Melchoir (UMP) toujours conseiller général. Ce ne sera simple.

"C'est compliqué !" dit souvent Didier Robert. Ça l'est sans doute un peu plus depuis hier...





      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par tilouloune le 22/07/2013 08:05
oui vous avez raison de dire que c'est complique.
Normal vous raisonner sans pour autant venir rencontrer les gens sur le territoire et compter sur les dires de certains qui n'ont jamais eut le courage de se fier a la realite du terrain.
on ne s'autoproclame pa candidat a la candidature parce ce qu'on a fait un reve il y a vingt ans et encore moins en 2012 pour 2014. on devient candidat kan on se mouille sur le terrain en passant les etapes et surtout en se mouillant sur son nom et apres on sort grandit des résultats qui permettront a la population d'avoir un espoir
Bonne réflexion a tous

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit