sak ifé nout jordu ék nout demin

L’impact des APE sur les économies de l’Indianocéanie mesuré


Citoyen
Samedi 10 Septembre 2016

Ebène, le 7 septembre 2016 – Vishnu Lutchmeenaraidoo, ministre mauricien des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et du Commerce international, Madi Hamada, Secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI), et Carla Osorio, chargée d’affaires a.i. de la Délégation de l’Union européenne basée à Maurice, ont ouvert l’atelier de validation d’une étude sur l’impact des Accords de partenariat économique (APE) en Afrique orientale et australe, ce mercredi 7 septembre au siège de la COI.


Accords de partenariat économique

L’étude, commandée par la COI, évalue l’impact des APE intérimaires signés en 2008 par Madagascar, Maurice et les Seychelles, membres de la COI, et le Zimbabwe. Les représentants de ces pays ont également examiné les modalités de création et de fonctionnement d’un fonds dédié à la mise en œuvre des APE avec l’Union européenne.


« Les APE, basés sur le principe de réciprocité, s’inscriront au cœur de la relation ACP-UE après la fin de l’Accord de Cotonou en 2020 qui régit la relation politique, économique, commerciale et de coopération entre l’UE et les 77 pays du bloc ACP », a rappelé le Secrétaire général de la COI. C’est pourquoi la COI « s’est engagée à soutenir utilement les pays signataires », notamment en commandant l’étude sur l’impact des APE et en sécurisant une enveloppe de 40 millions € du 11e Fonds européen visant à « renforcer les capacités industrielles, commerciales et législatives » des pays signataires.


Le chef de la diplomatie mauricienne a plaidé pour une mobilisation régionale souhaitant que « les autres pays de l’Afrique orientale et australe rejoignent les pays signataires », d’autant que les APE donnent l’opportunité « d’approfondir et d’accélérer l’intégration régionale ».


De son côté, la chargée d’affaires a.i. de la Délégation de l’Union européenne a insisté sur « le potentiel de ces accords pour doper la croissance et favoriser la prospérité dans toute la région en soutenant l’intégration des économies dans la mondialisation grâce à l’investissement et au commerce ». Carla Osorio a ainsi conclu que « les APE ont un énorme potentiel qu’il ne sera possible de libérer que si les pays de la région et l’UE travaillent ensemble pour faire des opportunités une réalité ».

Unité de communication de la COI



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Juin 2019 - 12:12 Mensonges à la Chambre des Métiers