sak ifé nout jordu ék nout demin

L’état français plus Guadeloupéen que Réunionnais ?


Citoyen
Mardi 1 Mars 2016

Courrier des lecteurs


198 M€ d'aides accordées au CHU de la Guadeloupe"sans que soient exigées de sa part des mesures de redressement". Voilà ce que nous révèle le dernier rapport accablant de l’Inspection Générale des Affaires Sociales. L’IGAS n’épargne pas non plus l’ARS qui n’a pas su ou pas pu accompagner le CHU dans son plan de retour à l’équilibre, un plan qui"n'a pas non plus, à ce jour, connu de début d'exécution". Un organisme de tutelle dont la mise en demeure est "restée lettre morte". 

Plus loin le rapport de l’IGAS nous apprend que "la dérive persistante d'un établissement par rapport à un système de financement pourtant déjà corrigé positivement pour tenir compte des spécificités ultramarines ; le CHU de Pointe-à-Pitre, surdoté lors de l'entrée dans la réforme [T2A] avec un coefficient de transition de 1,0615, s'avère incapable de générer par son activité un niveau de ressources d'exploitation suffisant pour couvrir ses charges, qu'il ne maîtrise pas". Plus grave encore quant aux centaines de millions d'euros perçus en aides qui en viennent à être considérées par les acteurs guadeloupéens "comme un dû, les dispensant de tout effort de redressement". 

Cette dégradation financière, incite à "déclarer l'urgence à agir" sur la fiabilité des données et des comptes, les principes de gouvernance, les règles de gestion des ressources humaines, la maîtrise et la régularité des procédures d'achat. 

Alors chez nous on s’interroge. Parce que dans le même temps les Conseils de surveillance (Nassimah Dindar pour le Nord et le Sud, Jean Claude Fruteau pour l’Est) doivent composer avec la direction du CHU de la Réunion et faire appliquer les fondamentaux de gestion, avec son lot de mesures parfois douloureuses pour le personnel soignant et les patients dont la presse locale se fait régulièrement l’écho. 

L’état français, notre état, aurait-il donc décidé d’utiliser d’un coté de l’océan indien une règle d’école pour faire avancer le CHU et de l’autre coté des mers une éponge magique pour effacer les ardoises ? 

Mais là ne sont pas les seuls reprochent de l’IGAS. Bien au contraire. Son réquisitoire souligne une situation que notre CHU pourrait bien connaître dans les prochains mois si Marisol Touraine continue de se laisser conter des histoires aux drôles de mélodies. 
L’analyse de l’IGAS est terrifiant : "les trop nombreuses périodes pré, post et intérimaires autorisent des dérives ou leur accentuation lorsqu'elles sont déjà présentes." Par conséquent, ce "délitement des processus fondamentaux d'un établissement hospitalier" appelle, pour la mission, un traitement de fond qui suppose "un retour à l'autorité" par un exercice des responsabilités conforme aux usages et surtout à la réglementation. Le management du CHU de Guadeloupe est "perpétuellement en crise", avec un turn-over de l'équipe dirigeante particulièrement décrié notamment le poste de directeur général. Et d’ajouter que "la dimension collective de la rotation des équipes est un aspect aggravant du processus". Et l'IGAS souligne que cette "instabilité managériale chronique" ne permet pas d'enraciner des méthodes, de lancer des dynamiques ou encore de réorganiser des processus. 
  
Il n’aura échappé à personne que le CHU de la Réunion n’a plus de Directeur général depuis le départ de David Gruson parti poursuivre sa carrière en métropole. Et pourtant… Nous avons ici un Directeur adjoint qui a toute les compétences selon le ministère lui même puisqu’il serait dans la short liste des candidats à la direction générale. Et pourtant... nous venons d’entrer dans ce que l’IGAS appelle justement une "période post intérimaire". 

Alors nous en appelons à nos parlementaires, à nos députés et surtout à Madame Dindar et Monsieur Fruteau : ne laissez pas s’installer cette période post intérimaire, le travail accompli par Monsieur Gruson et Monsieur Callenge avec le soutien de tout le personnel mérite une nomination immédiate. 

 

J.H membre du personnel du CHU



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Juin 2019 - 12:12 Mensonges à la Chambre des Métiers