sak ifé nout jordu ék nout demin

L'association de Vanessa Miranville s'étonne des "travaux à tour de bras à La Possession"


Édito
Mardi 10 Juillet 2012

"Dans un récent article paru dans la presse, le premier magistrat de la Possession communique sur les différents chantiers en cours sur sa commune. En regardant de près  l’aménagement de la commune de la Possession, on peut constater qu’il y a un retard dans de nombreux domaines et qu’à moins de deux ans des futures élections municipales de 2014, les travaux se font à tour de bras".


L'association de Vanessa Miranville s'étonne des "travaux à tour de bras à La Possession"
"Cela montre bien que la majorité en place depuis 40 ans, n’a pas su anticiper les réels besoins de la population, alors que c’est cette même majorité qui se targue de la forte attractivité de la commune depuis ces 10 dernières années.

Nous, Possession Ecologie Solidaire, ne sommes évidemment pas contre la réalisation de certains de ces travaux, qui vont améliorer le quotidien des Possessionnais. Mais nous regrettons l’absence d’anticipation et surtout le manque réel de concertation avec la population. Il ne s’agit pas simplement d’afficher un panneau d’enquête publique, qui est un terme méconnu du plus grand nombre, juste pour dire que l’on a respecté la procédure. Les Possessionnais n’ont pas été véritablement associés à ces projets qui sortent de terre.

Nous souhaitons une réelle démocratie participative dans ce type d’aménagement, en présentant les différents projets à l’ensemble de la population en utilisant les outils existants comme par exemple, les conseils de quartiers, qui ne sont pour l’instant qu’un simulacre de démocratie. De cette façon la population construira sa ville, son quartier  et s’appropriera réellement les équipements. Il s’agira de faire pour la population, avec la population.

En ce qui concerne le manque d’anticipation, nous pouvons tous constater que la majorité attend soit une échéance électorale, soit l’atteinte d’un seuil critique d’une situation et la pression des administrés pour démarrer des travaux d’envergures. A contrario, on ne nous demande pas d’attendre les élections pour payer nos impôts.

Nous avons tous en tête, l’exemple de l’ouvrage d’art (pont) réalisé en 2011 pour supprimer le radier de Bœuf Mort. Depuis plusieurs années, ce radier posait problème lors de fortes pluies avec les risques de submersions et depuis une dizaine d’année, la commune a délivré de nombreux permis de construire le long de ce chemin, sans prendre en compte la  problématique de l’augmentation du flux de véhicules et les effets lors de la fermeture du radier.

Or, le maire est également conseiller général depuis 1973 et il a attendu février 2011, juste avant les cantonales,  pour utiliser les aides du conseil général pour démarrer les travaux de suppression  du radier, soit 38 ans après. Pendant tout ce temps, la population subissait les aléas climatiques. Est-ce là une politique de proximité et d’écoute de la population ?

Un deuxième exemple d’actualité et représentatif de cette manière qu’a la municipalité de la Possession de ne pas anticiper les travaux structurants pour notre ville : la bretelle d’accès à la voie rapide depuis la Ravine à Malheur. Elle est redevenue une priorité, alors que ce problème existe depuis plus de 30 ans, et qu’à une certaine époque pas si lointaine le président de Région était du même parti et également un proche du maire.

Pourquoi aucune négociation n’avait alors été entamée? Aujourd’hui on annonce une livraison d’un viaduc provisoire pour mi 2013…  Est-ce parce que Nassimah Dindar, Didier Robert et Roland Robert se sentent en difficulté sur le plan politique, qu’ils ont enfin trouvé un accord pour valider ce projet dont la durée sera limitée du fait de la livraison de la nouvelle Route du Littoral ?
Les méthodes qui consistent à « boucher les yeux » avant les élections font partie d’un autre temps et doivent cesser.

Nous, membres de Possession Ecologie Solidaire, nous nous engageons pour les élections municipales de 2014 à œuvrer de façon constante, réfléchie et concertée pour la construction de notre ville. Nous nous engageons à faire vivre une véritable participation des citoyens aux décisions importantes pour leur ville, que chaque avis soit écouté et respecté.

C’est nous tous, Possessionaises et Possessionnais, qui devons devenir les acteurs de ce changement que nous attendons tous, pour construire ensemble une ville solidaire, une ville agréable à vivre, une ville épanouissante pour nous et nos enfants".

Possession écologie solidaire



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit