sak ifé nout jordu ék nout demin

L'Assemblée unique de Didier Robert sera totalement différente de l'Assemblée unique de Paul Vergès


Édito
Mercredi 30 Janvier 2013

Le président de la Région Réunion a-t-il tort ou raison de vouloir couper toute relation et tout partenariat avec Gerri, l'Agence de développement et le Comité régional pour l'Innovation ? Pour Jean-Pierre Marchau et l'Alliance, il a tort. L'opposition régionale le confirmera cet après-midi. Faut-il pour autant, reprocher à Didier Robert la mise en place de sa stratégie pour 2014 et 2015 ?


L'Assemblée unique de Didier Robert sera totalement différente de l'Assemblée unique de Paul Vergès
Difficile de dire aujourd'hui, si la Région Réunion a eu raison de s'isoler par rapport à ces trois entités. La réponse du président de la collectivité régionale, elle, est sans équivoque. Ses actions aussi. La SPL Réunion des musées régionaux remplace la SEM Muséo bientôt liquidée. Energie Réunion prend la place de Gerri, comme soutien à la politique d'énergies renouvelables du Conseil régional.

"Gerri, une structure à laquelle nous avons été nombreux à croire mais qui n'aura pas su apporter la dynamique attendue". Didier Robert fait le même constat pour l'Agence de développement, "une association qui aura coûté plus de 25 millions d'euros d'argent public pour un bilan mitigé". Juste pour info, le directeur de l'agence est aussi le conjoint d'une proche de Paul Vergès. Cet élément est sans doute à prendre en considération.

Toutefois, plusieurs questions se posent. La décision de mettre fin à ces partenariats, est-elle vraiment opportune ? Didier Robert n'a-t-il pas pris le risque d'isoler sa collectivité de connaissances, expériences et professionnels rodés ? Le président de la Région espère répondre à travers sa politique de développement économique et social.

C'est également ce qu'il a fait à partir de 2008, après la bérézina de la Droite aux Municipales et aux Cantonales, lorsque le nouveau leader politique d'alors, a commencé à rompre les liens avec la génération d'avant. Didier Robert a toujours pensé qu'il n'est pas facile de faire du neuf avec du vieux. Il s'agit ici de méthodes et de savoir-faire. Une précision pour éviter toute polémique.

Trois ans après son arrivée à la présidence de la Région Réunion, Didier Robert sait qu'il lui reste deux ans pour convaincre et réussir son projet pour le développement de La Réunion. Pour ce faire, il opte pour des moyens radicaux, qu'ils croient efficaces. "La superposition des organismes finit par être néfaste à l'efficacité". Un frein ou un obstacle qu'il va donc supprimer. Tout simplement.

L'objectif : rompre également tout lien avec Paul Vergès. La SR21 dirigée à l'époque par Pierre Vergès, va aussi changer de nom (Nexa). Le président de la Région veut qu'il n'y ait aucune ambiguité, dans l'esprit de la population, entre sa politique et ses actions et celle menée et voulue par son prédécesseur. C'est essentiel, car Didier Robert et Paul Vergès réclament désormais leur "Assemblée unique" pour La Réunion.

Attention ! L'Assemblée unique de Didier Robert est totalement différent de l'Assemblée unique de Paul Vergès. Il y en a une qui sera plus jolie que l'autre. Devinez laquelle ?




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par TEGO le 30/01/2013 06:43
Bien M. Jismy Ramoudou mais n'oublions pas que Didier ROBERT a été un élève de l'ex école militaire préparatoire du Tampon fondé par l'ancien Député de la REUNION Michel DEBRE ( 1963 - 1988 ) bizarre ! ... vous avez dit bizarre !

2.Posté par Personne le 30/01/2013 10:21
Au-delà de toutes polémiques, n'a -t-il pas raison de vouloir mettre de l'ordre et de la cohérence au sein de toutes ces structures inefficaces et redondantes ?
C'est pour cela qu'il a été élu !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit