sak ifé nout jordu ék nout demin

"Jusqu'où sont-ils prêts à aller pour "tuer" Eric Fruteau ?"


Édito
Mardi 16 Avril 2013

Injuste ! Injustice ! Quelle qu'elle soit, la décision du Conseil constitutionnel reste une décision de justice. Ne soyons pas hypocrite. Chacun peut la commenter. Et chacun l'a commentée. A tort ou à raison. Résulte-t-elle de connivences ou collusions entre "les grandes familles ou grandes aristocraties" de La Réunion ? Les Virapoullé et les Vergès ? Beaucoup l'ont pensé. Est-ce pour autant la vérité ? Aucun élément n'étaye "cette croyance". Une certitude pour certains : il faut "tuer" le soldat Fruteau.


"Jusqu'où sont-ils prêts à aller pour "tuer" Eric Fruteau ?"
Eric Fruteau a la faiblesse de croire que "son honnêteté et sa probité" suffisent à réussir une carrière politique. Joé Bédier, son premier adjoint, loue ses qualités d'homme intègre. "Je dors tranquille le soir", a-t-il ajouté. Sans doute pas depuis vendredi soir. Le coup a été rude. Il va l'être - peut-être - encore plus. Car, le citoyen Philippe Creissen a choisi "d'enfoncer le clou". S'appuyant sur la décision du Conseil constitutionnel, l'avocat, domicilié à Saint-André, a porté plainte contre Eric Fruteau pour "Abus de confiance". Une "suite logique" à la démarche initiale.

Eric Fruteau et son équipe doivent-ils se plaindre du recours de Jean-Marie Virapoullé ? De la décision du Conseil constitutionnel ? Des collusions et connivences politiques contre lui et sa majorité municipale ? De la plainte de Philippe Creissen ? Sans doute pas. Eric Fruteau est dans le jeu (trop souvent malsain) de la politique ou du "politicien". Là où tous les coups sont permis. Où la moindre erreur, où la plus petite défaillance se transforme en sanctions immédiates.

"Jusqu'où sont-ils près à aller pour "tuer" Eric Fruteau ?" Il y avait dans la voix de notre interlocutrice candide, la naïveté d'une jeunesse sûre des bienfaits de l'action de la majorité municipale, également efficaces à contrer toutes velléités politiques ou politiciennes. La réponse : en politique comme dans la vie tous les coups sont permis. Et quelles que soient les générations, il y a ceux qui sont sans pitié. Il y a les aînés et les partis politiques qui ne font aucun cadeau aux "jeunes" qui "défendent leurs idées" et "s'élèvent contre des clans, des familles, des aristocraties et des potentats".

C'est vrai, concours de circonstance oblige, Eric Fruteau s'est retrouvé dans la ligne de mire de Paul Vergès et du PCR, et du "clan Virapoullé". Deux puissances de feu qui ont construit des carrières et "dégommé" ceux qui n'avaient le "bon profil". Paradoxe. C'est ce qui fait aussi de ces deux hommes de la "vieille" génération, deux des plus redoutés à La Réunion.

Eric Fruteau le découvre à son tour. A ses dépens. Celui qui dégaine au bon moment, continue sa route. La politique c'est aussi un western. Comme dans le film réalisé par Sergio Léone : "Le bon, la brute et le truand". En politique, le plus mauvais rôle, c'est lorsqu'on joue "Le bon"…




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Vincent le 16/04/2013 08:22
Cet article me fait penser au squetch des inconnus "ca ne nous regarde pas" de ces journalistes sportifs se cachant de colporter les pires rumeurs et vilenies.

Là c'est pareil: Tout en disant rien de permet de verifier la rumeur....vous l'amplifier, la grossissez , tentez de l'attester!
Ce n'est pas prouvé? mais le contraire non plus...donc : ladilafé!

Le maire de saint andré a utilisé des moyens de la commune lors de sa campagne. il ne l'a pas déclaré. Il a été sanctionné.
C'est ainsi.

Qu'eric fruteau aille trouver des coupables autre que lui est une chose .
Qu'un journaliste lui embraye le pas......là....je sais pas ce que sais. Du journalisme militant?

2.Posté par fabriceIC le 16/04/2013 12:19
C'est bien dit Vincent
Son DGS,vieux routier PCR du Port n'a-t-il pas vu l'erreur?
Ni Verges ni Vira lui a conseillé de distribuer cette revue payé par la commune faisant son éloge .ric
Eric Fruteau n'est pas novice en politique,il a été formé au PCR qu'il critique aujord'hui.
Lorsqu'on veux faire le malin on est pris la main dans le sac.

3.Posté par Rene GRIMAUD le 16/04/2013 16:51
le gôut lé amer, normal li rode un, po li crache desi, komme ci c'est verges ou bien virapoulé lé responsable son karma, le plus haut grade que ou larrivé c'est fini, y faut accepté, biensu, kosa la honte y pouse pa ou a faire, fait komme Cahuzac, change adresse tout les jour komme la honté la va passé,................................, té y fé mal kan, ou croix ké personne té pé pa touche a ou, dans la vie encore une fois mi répetre ( rien n'ait ta qui ) a personne, ...........rendevous en mars 2014 ti fruto po fé un ti friture avec la graisse blanc, zotte konné graisse blanc dans ti ferblanc en tolle logntents

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit