sak ifé nout jordu ék nout demin

Juliana M'Doihoma, la relève au féminin


Invité(e)
Lundi 1 Juillet 2013

L'ex-chef de cabinet du Conseil général passe de l'autre côté de l'univers politique : celui de postulante à un mandat, et celui du terrain. Le terrain, c'est sa ville natale. Saint-Louis, là où ses parents ont profondément planté ses racines. Juliana M'Doihama a choisi d'y retourner, pour y chercher un trésor et y faire pousser les valeurs de ses aînés, et y faire fleurir sa terre, La Réunion, celle qu'elle partage, avec le plus grand nombre. Dans le regard. La vision. Et le cœur. Le rêve. Et l'espoir.


Juliana M'Doihoma, la relève au féminin
Juliana M'Doihoma avance d'un pas prudent et mesuré. La chef de cabinet de Nassimah Dindar, donne à partir d'aujourd'hui, une autre orientation à sa carrière professionnelle et politique. L'une étant étroitement liée à l'autre. La performance (cursus universitaire) à la relève (engagement politique) au féminin. La diplômée de Sciences-Po Toulouse (également Master 2 de gestion financière des collectivités locales et Master de Droits public),continue à lier son passé et son avenir.

L'ex-petite fille des Roches-Maigres et de la Cité Méroc, immergée très tôt dans l'univers politique, nourrie des traditions de ses ancêtres, et éduquée aux valeurs de luttes sociales, trace son chemin. La "Kaf Malbar" : "Personne i gagne arrête à elle", a réussi une trajectoire ascendante au Conseil général. "Sa présidente, Nassimah Dindar, que l'on aime ou pas, est un miroir dans lequel, il faut s'y référer. Surtout lorsque l'on est une femme".

Juliana M'Doihoma a ainsi choisi un autre itinéraire politique que ses parents, fervents militants communistes. "Je suis adhérente à l'UDI", présidée par Nassimah Dindar. A l'Union des démocrates et des indépendants, il y a aussi Cyrille Hamilcaro. C'est à ses côtés que l'ex-chef de cabinet est déjà allée à la rencontre des militants de Saint-Louis. La Saint-Louisienne a surtout observé et écouté. La futur co-listière de la liste de Droite à Saint-Louis veut "encore apprendre".

Entre les "Sagesses africaines", son livre de chevet, Jean-Paul Sartre "Etre en-soi et être pour-soi" et le nihilisme "positif" de Friedrich Nietzsche, la Saint-Louisienne de Roches-Maigres et de Cité Méroc, tresse de solides cordes de sa passerelle, vers son objectif : "Va, vis et deviens". Son film sera différent : demeurer proche de Saint-Louis. Et rendre plus de justice à La Réunion...





      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger