sak ifé nout jordu ék nout demin

Jean-Yves Langenier, sa dimension égale sa discrétion, elles sont hors du commun


Édito
Lundi 22 Avril 2013

Les bras croisés. La main droite souvent sur le menton. Le regard serein, sûr et déterminé. La posture droite. Presque rigide. Jean-Yves Langenier dans son attitude fétiche. Laisser le moins paraître. Excepté hier, il a eu les yeux rougis. Quelques secondes durant. Le fils de cheminot devenu chimiste puis politique, a suivi sa voie. Avec constance et conviction. Il a écrit sa dimension dans sa discrétion. Avec humanité. Et la grande classe.


Jean-Yves Langenier, sa dimension égale sa discrétion, elles sont hors du commun
Il y a eu ses quelques secondes. Fugaces. "Il y a des regrets. C'est un moment emprunt d'émotions". L'émotion a surpris Jean-Yves Langenier. Surpris de s'être laissé surprendre. Submerger. Il a alors écarquillé ses yeux rougis. Le maire du Port a souri de cet instant. Puis, s'est repris. Et a repris son explication. "Lorsque l'on décide de passer le relais, cela est aussi l'aboutissement d'une longue et mûre réflexion". Avec une seule priorité : l'intérêt général.

C'est l'atout de son jeu. "Ne jamais perdre de vue l'enjeu : se mettre au service de la population". De toute la population. Et pour ce faire, un chef de file doit minimiser le "je" et privilégier le collectif. "D'un mandat à l'autre, l'équipe municipales fait converger ses efforts pour assurer la poursuite du projet de ville". Et ce souci permanent de la continuité d'un ensemble. "Il s'agit de trouver un équilibre entre une génération et celle qui suit, de marier l'expérience acquise et l'inventivité féconde. Ainsi la continuité sera préservée de la routine et sera même vivifiée".

Le chimiste est devenu alchimiste. Il a aiguillé les "locomotives". Il a transcendé des individualités. Il a brisé des chaînes. Il a libéré les énergies. Il a optimisé des synergies. Et, il a mené, avec l'équipe municipale, des projets à bon port. Avec comme seul carburant : "des valeurs essentielles que j'ai reçues de ma mère et de mon père, cheminot". Jean-Yves Langenier a valorisé cet héritage, "à travers les liens que j'ai tissés avec la population". Des liens indicibles.

L'ultime étape, c'est la transmission. Ne rien cassé. Ne rien gâché. Mais développé de manière exponentielle. Tout est une question de dimension. Si possible dans la discrétion. Une très grande discrétion. Loin des caméras et des médias. "Je n'ai pas été élu l'homme de l'année, mais je saurai être à la hauteur de la tâche". Sans cesse, Jean-Yves Langenier a pris de la hauteur. Et à chaque fois, un peu plus d'envergure. Sa façon de cultiver son jardin… en secret. Jusqu'à décrocher la lune. Ou la Une.




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par TEGO le 22/04/2013 11:08
la continuité .... la routine ? Et la jeunesse au PORT , quelle est son futur ?

2.Posté par Suzanna le 22/04/2013 20:32
La camarade Huguette devrait elle aussi montrer l'exemple qu'elle peut aussi déléguer et comme dit Jean Yves LANGENIER : minimiser le "JE" et privilégier le collectif; en tant qu'aujourd'hui cheftène de fil de son grand parti PLR.

Si bien sur elle souhaite réellement mettre ces jeunes en avant sans à chaque fois leur voler la "vedette"...et leur reprendre à tout bout d'champ sans leur faire confiance....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit