sak ifé nout jordu ék nout demin

Jean-Louis Lagourgue : "Ma très chère Céline Sitouze"


Invité(e)
Jeudi 15 Août 2013

"Vous me permettrez cette familiarité, car j’ai trouvé votre courrier des lecteurs très touchant. Une fois de plus l’opposition municipale fait la démonstration, chaque jour un peu plus, que la politique que je mène avec mon équipe est la bonne pour l’épanouissement des Sainte-Mariens".


Jean-Louis Lagourgue : "Ma très chère Céline Sitouze"
"Rassurez-vous, pendant vos longues vacances sous le soleil métropolitain, nous n’avons pas changé de devise. Au contraire, depuis longtemps nous lui avons donné toutes ces lettres de noblesse. Oui, par Mer, par Ciel, par Terre, Sainte-Marie fleurira !

Par Mer, car la volonté municipale a permis la création du port de Sainte-Marie dont j’espère bientôt voir lever les derniers obstacles administratifs à son agrandissement ;

Par Ciel, il est inutile de s’appesantir sur le développement extraordinaire en matière aérien qu’à connu l’aéroport Roland Garros, situé à Sainte-Marie, avec l’extension de la piste longue et aujourd’hui la modernisation de l’aéroport lui-même pour un plus grand confort des passagers, grâce aux accords Matignon avec l’ancienne majorité gouvernementale ;

Par Terre, car le développement communal dans tous les domaines est tel, que jamais notre commune n’aura autant attiré la convoitise des éléments extérieurs de tous bords, à commencer par le frère de l’autre.

Alors oui, notre devise colle parfaitement à l’image du Sainte-Marie d’aujourd’hui.

Chère Céline, notre politique culturelle a commencé il y a fort longtemps, depuis 1990 exactement, elle a débuté par la livraison de la médiathèque en 1992 avec son réseau de lecture publique, une des premières de l’île. Médiathèque où je revois encore une jeune fille de la Découverte, qui préparait son Bac et qui vantait dans les journaux locaux tout le bienfait pour la jeunesse sainte-marienne de ce bel outil de libération des consciences que représente cette médiathèque pour les habitants défavorisés de la commune.

Je crois que c’était vous, ma petite Céline, qui malheureusement a interrompu son abonnement en 2005, en ne restituant pas tous les ouvrages qu’elle avait emprunté (erreur de jeunesse sans doute), pour aller habiter à Beauséjour, dans le lotissement réalisé par la commune et tant décrié par votre chef de file.

Votre compagnon, qui est toujours abonné à la Médiathèque, pourrait à l’occasion rendre vos ouvrages afin que les autres lecteurs puissent eux aussi profiter de vos choix éclectiques en matière de lecture, puisque manifestement vous n’avez jamais trouvé le temps de le faire.

Cette offre culturelle s’est complétée cette année par l’inauguration de l’Ecole de Musique Intercommunale à Beauséjour, toujours.

Puisque vous abordez en des termes peu appropriés (du pain), notre politique économique, sachez que l’aménagement de Sainte-Marie a profité à beaucoup de nos compatriotes, qui ont trouvé du travail dans notre commune. Cela a aussi permis une baisse de notre taux de chômage (certes encore trop élevé, mais l’emploi comme vous le savez est de la compétence de l’Etat et de la politique mené aujourd’hui par votre gouvernement), grâce à tout ce que nous avons fait pour permettre l’accueil des entreprises, seules véritables créatrices d’emplois.

Je ne vous ferai pas l’injure de croire que vous confondez politique culturelle et animation. Justement parlons-en de l’animation, vous nous reprochez dans votre petit fascicule, qui sort avant chaque élection, qu’il n’y a pas d’animation à Sainte-Marie. La collectivité, consciente qu’on n’en fait jamais suffisamment dans ce domaine, conforte depuis plus de trois ans maintenant l’aspect évènementiel, notamment grâce aux nouvelles infrastructures. Et voilà que vous vous plaigniez alors que la population, elle, est ravie de l’initiative, Que faire ? Je m’interroge.

Ma chère Céline, à travers vos propos, je dénote une forme de mépris pour cette population dont vous voulez être une ardente défenseuse, en écrivant ce que vous pensez et en traçant d’elle un portrait peu amène.

Sachez, ma chère Céline, que toute la politique que j’ai mené jusqu’à présent, que ce soit en matière d’aménagement, d’habitat, d’équipement, de culture, n’avait que pour seul but : libérer les esprits  de l’obscurantisme, du clientélisme, voir du « populisme » qui a trop longtemps été la politique de mes prédécesseurs.
Nos citoyens sont libres de leur choix au moment des élections. C’est de cela dont j’en suis le plus fier.
Vous, ma chère Céline, vous êtes un pur produit de cette politique municipale, témoin vivante de sa réussite, par votre parcours personnel.

Je terminerai en vous souhaitant à vous et à vos proches une bonne fête du 15 août,  durant laquelle nous célébrons la Sainte-Patronne de notre si belle commune".

Réplique



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par R I P O S T E le 15/08/2013 08:10
La commune de Sainte Marie est en campagne électorale à fleuret moucheté !

2.Posté par run le 16/08/2013 08:46
si les ste mariens décide de la réélection de Jean-Louis Lagourgue en 2014 ..faudra pas après venir pleuré ou exprimé leurs frustration dans les forums ....dérrière le développement de ste marie les gens véront qu'il y a beaucoup d'injustice c'est toujours la même famille qui en profite ...

c'est pas Jean-Louis Lagourgue qui a écrit ce texte il n'en est pas capable , c'est sont service communication mr V

3.Posté par @ post 2 le 20/08/2013 14:36
J'ai déjà entendu causer M. Lagourgue, et c'est vrai que cette prose semble étonnante sortie de sa plume.. cependant, je ne doute pas qu'on puisse être plus à l'aide à l'écrit qu'à l'oral.
Par contre, si c'est le service com qui a effectivement écrit ce courrier, il respecte étonnant le ton habituel de ce monsieur : arrogant.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger