sak ifé nout jordu ék nout demin

Jean-Hugues Savigny : "La bascule du séniorat dans le précariat"


Édito
Vendredi 9 Décembre 2011

"A y prendre garde, c’est précisément ce qui nous pend au nez sous les effets conjoints des aides de l’Etat donc du Conseil général (CG) qui plafonnent voire sont annoncées à la baisse et du nombre de personnes âgées (PA) relevant des différents dispositifs – obligatoires ou facultatifs mais non superflus – qui explosera dans les prochaines années".


Jean-Hugues Savigny : "La bascule du séniorat dans le précariat"
"Quoi qu’on puisse penser, les valeureuses ex-salariées de l’Arast qui manifestent pour les retards de versements d’indemnités ou leur reclassement dans le corps de fonctionnaires du Conseil général (CG) – peut-être instrumentalisées comme on a pu le constater fin 2009, début 2010 – présentent au moins le mérite de porter la question du séniorat au débat. Un seul regret toutefois qui entame en partie leur crédibilité : celui de n’avoir pas vu que les dépenses de leur association employeuse étaient visiblement complètement inconsidérées.

En effet, quand l’Arast affiche une dépense de 1 900 € par mois pour une PA, la formule dite « de gré à gré » affiche 555 €. La liquidation devenait naturellement salutaire et d’heureuses initiatives d’économie solidaire ont vu le jour. Si, de ce point de vue, le CG a admis (du bout des lèvres) sa part de responsabilité, des poursuites ont-elles par ailleurs été engagées pour identifier et sanctionner le cas échéant les autres responsables ?

Le Front de Gauche propose au CG, pour une sortie par le haut de ce conflit, en attendant les rendus définitifs des jugements :
1.De faire preuve d’humanité en acceptant de verser aux ex-salariées tout ou partie des indemnités (qu’elles percevront d’une manière ou d’une autre) sur la base d’un protocole de remboursement conclu entre les parties au cas, AGS comprises si la collectivité devait être reconnue hors de cause.
2.D’engager, ainsi que la Présidente avait annoncé au cours de la campagne des cantonales de cette année, les Assises du social à La Réunion. Ce sujet de société ne peut en effet faire l’objet d’un traitement à la marge puisque le taux de dépendance économique des séniors de plus de 65 ans sera multiplié par 3 d’ici 2040. L’implication citoyenne doit impérativement être incitée.
3.De communiquer dès que possible sur l’état d’avancement du GIP SAP en annonçant d’avance quelles seront les prévisions de ratios de dépenses par catégories de personnes concernées par ce GIP. L’actuelle communication du CG et de ses partenaires est en effet trop taisanse sur ces questions quand elle est plus forte sur des sujets plus futiles alors que de nombreuses et très bonnes actions sont portées par la collectivité, les CCAS et autres établissements".

Jean-Hugues Savigny



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit