sak ifé nout jordu ék nout demin

Huguette Bello, Patrick Lebreton et Didier Robert, peuvent-ils en finir avec "le système ou la dictature des partis" ?


Édito
Mardi 6 Août 2013

Le système des partis. Le cauchemar du général de Gaulle. Le premier président de la Ve République n'avait qu'une obsession : "L'intérêt supérieur de la nation". L'UPF n'a été qu'un "machin" pour réunir les barons du gaullisme : Michel degré, Olivier Guichard, Jacques Chaban-Delmas, André Malraux… Quel est le dénominateur commun entre Huguette Bello, Didier Robert et Patrick Lebreton ? Sortir du système des partis et être autonomes…


Huguette Bello, Patrick Lebreton et Didier Robert, peuvent-ils en finir avec "le système ou la dictature des partis" ?
Y-at-il un autre moyen de faire de la politique (au sens étymologique et noble du terme) à La Réunion ? C'est ce que veulent proposer Huguette Bello, Didier Robert et Patrick Lebreton, si l'on se réfère à leur démarche depuis quelques années déjà. Trop à l'étroit dans le carcan du système ou de la dictature des partis, les deux parlementaires et le président de la Région Réunion, s'y dirigent tout doucement. Si le contexte politique qui règne au sein de leur (ex)-parti respectif, en est le point de départ, l'acte III de la Décentralisation va sans doute leur fournir le cadre opportun à leurs ambitions.

Que ce soit au PCR, au PS ou à Droite, quel membre d'un ces partis ose exister, même de manière ponctuelle, en marge de son mouvement, sans subir le courroux de ses dirigeants ? Huguette Bello, dans la dimension et l'opportunité, a été la première à couper le cordon ombilical qui commençait à l'étrangler ou à l'étouffer. Didier Robert, président de La Réunion en confiance, le répète depuis l'année dernière. "Nous devons prendre nos décisions, et ce même si cela nous amène à prendre nos distances avec Paris". Une position quelque hypocrite car le président de la Région Réunion s'est longtemps servi de ses appuis parisiens pour asseoir son leadership sur la Droite locale. Et ce fut efficace.

Aujourd'hui, de par sa notoriété et son assise dans le Sud, Patrick Lebreton peut également se passer du PS national et local. Le député-maire du Saint-Joseph n'aura aucun mal à imposer sa marque et un nouveau parti politique. Surtout si le tandem qu'il peut composer avec Didier Robert, lui permet de créer la grande intercommunalité du Sud. Si la forme fait l'unanimité politique (tous partis confondus), les priorités ne sont pas les mêmes. C'est le cas de la zone économique de Pierrefonds (surtout de l'aéroport) ou de l'implantation de centres commerciaux à Saint-Pierre. Et, il faudra surtout éviter la pérennisation d'un conflit Tampon/St-Joseph d'un côté, et Saint-Pierre de l'autre.

Trois politiques pour un coup fin. Cette stratégie qui se dessine, une gestion en marge des partis ou mouvements, n'est d'abord qu'une opportunité, puisque Didier Robert, Huguette Bello et Patrick Leberton disposent d'un exécutif assez fort sur lequel s'appuyer pour construire un nouveau courant et une nouvelle dynamique politique. Ce schéma repose aussi sur la nécessité pour ces trois élus de créer leur espace de vie, et ce pour développer leur conception politique et construire leur projet pour La Réunion. Et, la réussite de leurs ambitions s'appuient essentiellement sur leur notoriété connue et reconnue.

Ce système qu'ils ont commencé à construire à une faille : peut-il survivre (décidabilité ou déchéance) à leur initiateur ?




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Pour la Possession le 06/08/2013 06:13
Pour Bello, il faut imperativement gagner dans l'ouest pour que son parti arrive à decoller.

Mais Jismy Ramoudou n'a pas tout a fait raison car Bello crée le même systeme que le PCR d'aprés nos informations.
En plus elle ne veut pas jouer le jeu d'un partage équitable du pouvoir dans l'Ouest, c'est à dire qu'elle aurait pu accepter un compromis avec Miranville ce n'est pas le cas.

A La Possession PLR doit revenir sur terre et composer avec toutes les composantes pour gagner (sans ostracisme). La balle est dans le camp de Bello. Travaillons pour une région ouest forte et pour un partage équitable des responsabilités. On ne veut pas des mêmes politiques du PCR en terme de vision pour l'avenir.

En quelque sorte on crée son parti ou son mouvement mais on a toujours le même mode de fonctionnement. On ne peut pas gagner suel certes mais on veut diriger seul. C'est antinomique.

2.Posté par Projet personnel....mais pas de programme ni de vision pour la reunion! le 06/08/2013 08:57
Votre approche est intérréssante mais ne démontre qu'une chose: le désir d'exister de ces 3 personnes vers le pouvoir. Mais leur marche en avant ne s'appuie sur aucune vision pour les réunionnais, aucun programme.

Alors etre dans ou hors des partis, franchement, c'est secondaire!

3.Posté par le 97440 le 07/08/2013 11:30
M Lebreton, Robert, Fruteau , Mme Bello lorsqu'on entre dans un parti c n'est pas pour se faire élire et ensuite le jeter comme un vulgaire kleenex.

4.Posté par z''''oiseau la cour le 07/08/2013 21:01
Désolé Projet Personnel, mais mélanger une dame de valeur telle que Madame BELLO à Monsieur Didier ROBERT c'est vraiment ne pas connaître grand chose à la politique. A vrai dire vous ne connaissez vraiment pas Madame BELLO. Alors mi di a ou un n'affaire : tourn' out' clavier sept fois Dans out deux mains avant d'écrire n'import' quoi.

5.Posté par jum. le 08/08/2013 14:28
hui, de par sa notoriété et son assise dans le Sud, Patrick Lebreton peut également se passer du PS national et local. Le député-maire du Saint-Joseph n'aura aucun mal à imposer sa marque et un nouveau parti politique


OK , mais il ne peut pas se passer des indemnités obtenus grace à ces partis.

c'est un article écrit par quelqu'un qui ne connait k dale à ce qui se passe dans ces partis.. dictature des partis nationaux peut être, mais on reste dans l'esclavagisme moderne où les militants sont obligés de militer sous peine de se voir refuser un contrat, à eux même ou à la leur famille..

Les listes sont bien tenues, croyez en sur.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit