sak ifé nout jordu ék nout demin

Hollande et Ayrault, spécialistes du recadrage et du rétropédalage


Invité(e)
Jeudi 22 Novembre 2012

Reniements. Jamais sans doute - dans un laps de temps aussi court - un président de la République et un gouvernement n'ont autant renié leurs promesses électorales. Jamais sans doute, un pouvoir élu n'a en quelques mois, avancé et proposé des mesures, puis l'a changé dans les heures qui suivent. Jamais sans doute des responsables d'Etat n'ont perdu en six mois, autant de crédibilité. Les socialistes peuvent avoir peur, ils leur restent quatre ans et demi à tenir.


Hollande et Ayrault, spécialistes du recadrage et du rétropédalage
Charles Pasqua l'a dit et répété. "Nous avons la Droite, la plus bête du monde". L'ancien ministre de l'Intérieur sait de quoi il parle, il en était l'un des leaders. L'UMP vient à nouveau de lui donner raison. Mais que la Droite se rassure, la France a aussi la Gauche la plus indécise, la plus incohérente et la moins crédible du monde. Gardez en mémoire que je n'ai pas encore dit la plus ridicule. Ce sera sans doute pour tout à l'heure.

Ce qui caractérise la Gauche à La Réunion, c'est la passion : "Le Nord et le Sud". Une histoire de désamour et une bataille fratricide. Une lutte de pouvoir. Une lutte pour le pouvoir. "Le non-respect de la parole donnée", dénoncé par les deux camps. Deux fortes personnalités. Deux visions. Et un parti coupé en deux. A Paris, ce n'est pas le PS qui est coupé en deux. Ce n'est pas non plus le pouvoir. Ce qui est double, c'est la parole donnée. Ce qui est dit la veille, change le jour. C'est la liberté de penser. C'est la liberté de panser…

Le dernier exemple suffit à lui-même. Mardi, François Hollande a introduit dans la mémoire collective : "Liberté de conscience" dans le cadre du mariage homosexuel. Explications. Les maires et les élus municipaux qui ne veulent pas marier deux homosexuel(le)s ont le droit de se faire remplacer par un autre élu. Hier mercredi, le président de la République a fait un énième rétropédalage. "Il n'a jamais été question d'inscrire le principe de "Liberté de conscience" dans la loi", a précisé hier l'Elysée. On se serait cru à l'UMP où une nouvelle décompte ou précision était nécessaire.

Mais qu'est-ce qui pousse ce pouvoir à faire des déclarations intempestives, de déclencher des réactions et des polémiques inutiles, avant de prendre une position différente par la suite. Cette attitude caractérise le début de la mandature de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault, désormais spécialistes du recadrage et du rétropédalage. Là-aussi, il y a une perte de crédibilité. Mais pas seulement des socialistes. Là, il s'agit de la crédibilité de la France, chez elle, en Europe et dans le monde.




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger