sak ifé nout jordu ék nout demin

Géothermie : L’Alliance "salue la relance des études et recherches"


Invité(e)
Mardi 6 Décembre 2011


Géothermie : L’Alliance "salue la relance des études et recherches"
La Commission permanente du Conseil régional réunie ce jour a approuvé les termes d’une convention de coopération entre la Région Réunion et l’Institut Physique du Globe de Paris. Cette convention prévoit des études et recherches sur "l’accès à la connaissance autour du volcan". Parmi les domaines de recherche, figure l’Energie.

L’article 4  de la convention conclue entre le président de la Région, l’Observatoire volcanique et l’institut Physique du Globe de Paris, précise le point concernant la géothermie  :  «  la possibilité de développer la filière géothermique pour les besoins énergétiques locaux est souvent évoquée à La Réunion. Les nouvelles méthodologies de surveillance sismique à haute résolution et les données pluviométriques et thermiques acquises en continu sur l’édifice du Piton de la Fournaise représentent une base de données unique pour l’étude et l’analyse des réservoirs géothermiques ».

Ainsi, après avoir annoncé en début de mandature l’abandon du programme de recherche sur la géothermie, il apparait que la position de l’exécutif régional a évolué puisque la géothermie fait partie des programmes d’études inscrits dans la convention.

L’Alliance prend acte avec satisfaction de cette volonté partagée de relancer la recherche sur les ressources géothermiques du volcan du Piton de la Fournaise. La géothermie peut en effet apporter une contribution décisive à l’objectif de l’autonomie énergétique.

Se priver de la connaissance des potentialités de cette ressource constituait  une erreur stratégique. A travers cette convention, le dossier peut être relancé.

Force est de constater que lorsqu’une idée est juste, elle finit tôt ou tard par s’imposer.

Communiqué



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger