sak ifé nout jordu ék nout demin

Faner de l'argent et des promesses pendant les élections, pourquoi et comment ça marche…


Édito
Jeudi 17 Juillet 2014

Distribution d'argent et promesses électorales, toutes les communes sont touchées, pourquoi ces basses méthodes font-elles finalement gagner celui qui les utilise ?



Tout le monde sait qu'aujourd'hui une partie importante de la population est complètement dépolitisée et qu'elle vit dans une certaine misère. C'est elle qui est visée par les distributions d'argent et de promesses électorales.

La frange de la population qui reste politisée, qui sait de quoi il s'agit et de quoi on parle en politique, ne se fait pas avoir avec des manœuvres aussi grossières que la distribution d'argent ou de promesses.

Mais il faut bien considérer que cette partie de l'électorat se réduit de plus en plus. On peut estimer qu'il ne reste plus, au mieux, que 25% des électeurs foncièrement de droite et autant qui se réclament de la gauche.

Il reste donc plus de 50% de la population qui ne sait ni pourquoi elle vote, ni pour qui elle va voter. Cette incertitude pour certains se prolonge jusque dans l'isoloir. C'est cette partie des électeurs qui est visée par les promesses et la distribution d'argent.

Mettons-nous un instant à la place d'un père de famille qui "tire le diable par la queue", qui ne s'occupe pas des élections et de la vie publique parce que soit par inculture soit par nécessité, il ne pense qu'aux fins de mois.

Un type passe, forcément sympathique, qui s'intéresse à lui et qui lui dit que s'il est élu, le grand fils qui est au chômage sera embauché à la mairie ce qui lui évitera de faire des bêtises dans la rue. Pour quelle raison ce père de famille refuserait-il en retour son bulletin de vote dont en fait il ne sait que faire?

Et même s'il se doute que cette promesse est peut-être mensongère, il vit dans cet univers où le rêve permet la survie. Il joue au loto ou à d'autres jeux de hasard et même s'il sait qu'il ne va pas gagner, pendant les quelques jours qui précédent le tirage, il rêve et un instant sa vie est moins dure. Il perd et il recommence à jouer.

La promesse électorale joue le même rôle. On y croit peu, mais on ne sait jamais…Pourquoi voulez-vous que le type en question vote pour un autre qu'il n'a pas vu, qui ne lui a rien promis? Au moins avec le "prometteur" il a une petite chance.

Il en va ainsi des promesses électorales, celui qui les fait sans compter, aura toujours plus de voix que celui qui est raisonnable et qui n'en fait pas.

L'argent s'adresse au même public. Jamais vous n'obtiendrez la voix d'un militant de droite ou de gauche avec un billet de 20 euros. Par contre, mettez-vous à la place de la mère de famille qui ne sait plus comment joindre les deux bouts, qui se moque de la politique comme de sa première chemise, pourquoi voulez-vous qu'elle en veuille à ce type sympa qui est venu la voir et qui n'a pas hésité à lui donner quelques billets pour qu'elle paye sa facture d'eau?

Bien sûr, il n'est pas dit qu'elle ira voter, rien n'est sûr, rien ne dit qu'elle votera pour le "donateur", mais quelles raisons aurait-elle de voter pour son adversaire? Et puis les gens sont globalement reconnaissants des bienfaits et ils essayent de les rendre.

Donc, dans ces milieux "apolitiques" et pauvres, les promesses et les dons en argent rapportent des centaines et des milliers de voix. Parce que celui qui ont obtenu une promesse ou de l'argent en parlera à son voisin, ses amis, en disant le plus grand bien de son candidat-donateur.

Dans les quartiers populaires le «bouche-à-oreille» va vite, les réputations se construisent et se déconstruisent en quelques mois.

Les candidats qui se consacrent avant tout à ce type de démarchage sont élus. Quelles sont les chances de celui qui passe sans donner? Elles sont nulles.

Problème, où trouver l'argent?

En promettant de truquer les marchés publics si on est élu, alors bien des entrepreneurs feront cet "investissement" pour le bien de leur entreprise. Mais c'est une autre histoire… encore plus passionnante.




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Front National 974 le 18/07/2014 08:52
VOTRE ÉDITO REFLÈTE EXACTEMENT POURQUOI DES ÉLUS PARFAITEMENT INCOMPÉTENTS NOUS GOUVERNENT. Le PCR et son jumeau PLR ont compris depuis longtemps qu'en maintenant la population dans la misère, la précarité et l'illettrisme il était facile d'acheter les voix pour se maintenir au pouvoir et continuer à s'engraisser ( sur le dos des travailleurs ). JCOB

2.Posté par Esperet le 18/07/2014 09:10
Je ne vote plus. Le personnel politique est de plus en plus inculte et les électeurs de plus en plus décérébrés.
Passer de Jaures à Harlem Désir, de de Gaulle à Hollande... ne parlons pas de La Réunion, c'est trop la honte.

3.Posté par Bruno le 18/07/2014 10:51
Donc pour vous 50% des votants sont con, pauvre, reveur, et mal honnête et surtout sans berger pour les guidé.
C bien enterre encore le peuple réunionnais.

4.Posté par Viv la rénion le 18/07/2014 15:22
Le retour de TAK VIRA SINI une preuve de la maturité des électeurs, in bon dictature seré mieux

5.Posté par NICHÉE D''''OISILLONS le 18/07/2014 21:16
C' EST INCROYABLE! votre édito relate bien les pratiques et les méthodes utilisées depuis plus de 15 ans sur la commune de l'ENTRE-DEUX, celui ou celle qui n'obtient pas de contrat avec la mairie,pourra peut-être l'obtenir avec le conseil général, normal! le maire porte les 2 casquettes.

6.Posté par miranville le 19/07/2014 00:13
Tous pareils
A St Paul, après zelections l'argent na pu dan la caisse, même pas pour achète un bac peinture, 2,3 fournitures pour répare certains équipements.
La honte.
Les agents y arrivent à 9h00, y fout rien. C'e sont les militants qui dirigent, les cadres sont bordés.
C'est le grand bordel.
Vive SINI !!!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit