sak ifé nout jordu ék nout demin

Fabrice Lebon et Kerina Lauret à l'assaut du canton 22


Politique
Lundi 1 Décembre 2014

Candidature aux élections départementales de 2015 Fabrice Lebon et Kerina Lauret canton 22 (Saint-Pierre 3)


Fabrice LEBON

je me présente Fabrice LEBON, père de famille, acteur et dirigeant dans le monde associatif mais aussi élu Conseiller Municipal de l’opposition à la Mairie de Petite-Ile et également Conseiller Communautaire  de l'opposition à la CIVIS.
 
    Comme vous le savez, il y a un an déjà, je me suis engagé dans un combat en me présentant aux élections municipales de Petite-Ile... 

    Beaucoup, à ce moment là, ne s'attendaient pas à ce que mon équipe et moi-même puissions obtenir un tel résultat sur notre commune en se plaçant en deuxième position après le Maire actuel et devant les partis dominants de la scène politique.
    
    Il n'y a sans aucun doute plusieurs raisons à cela... mais entre nous je vais vous avouer aujourd'hui mon petit secret, ce secret qui fait toute la différence avec ces grands partis sans foi ni loi et leurs représentants :
    Mon secret est simple : tout comme dans ma vie quotidienne, dans ma vie associative, et, aujourd'hui, dans ma vie Politique avec un grand “P” (pas cette politique qu'on nous impose), j'ai toujours entrepris les choses avec le Cœur! Et quand on fait les choses avec le cœur il y a des principes avec lesquels nous ne pouvons pas transiger tels que le respect de la parole donnée et l'intégrité, ces principes qui doivent être respectés pour rétablir le lien de confiance entre la population et leurs représentants!

    Cette déontologie en politique doit devenir une règle d'or et comme dit Nicolas Dupont-Aignan, Président de Debout La France dont je suis membre aujourd'hui :

“ L'efficacité de l'action publique dépend de l'intégrité des hommes 
qui la mettent en œuvre”
    
    Ainsi depuis mon élection, à aucun moment, je n'ai trahi ces principes malgré les galères au lendemain des élections municipales, on a tenté de me contraindre de faire un choix entre travail et responsabilités politiques:
    OUI ils ont essayé de m'acheter, 
    OUI ils m'ont fermé les portes
    Enfin OUI ils ont tenté de m'étouffer ... 

    Mais aujourd'hui regardez, je suis toujours là, je suis toujours DEBOUT, là tête haute, à défendre les intérêts de la population Petite-Iloise et sudiste sur le Territoire de la CIVIS car je suis LIBRE !
    Cette liberté m'a permise de me positionner par des actions, dans la presse et par mes votes en exprimant mon désaccord car :
    NON ! Je ne suis pas d'accord avec le fait qu'on incrimine seulement la population sur le site de Grande-Anse alors que la « toute puissante » CIVIS,  gestionnaire des lieux n'a jamais fait les travaux d'entretien du site et laisse à l'abandon les équipements de proximité !

    NON ! Je ne suis pas d'accord sur la fermeture de ce bassin de baignade alors que cette même « toute puissante » CIVIS trouve les moyens de financer la surveillance des autres plages de l'intercommunalité !

    NON ! Je ne suis pas d'accord qu'on demande à la population de faire des efforts financiers supplémentaires alors que les élus ne font rien pour donner l'exemple ! Accepter une baisse, même symbolique de nos indemnités aurait été une marque de  respect quant à la confiance exprimée lors du suffrage et une marque de solidarité pour tous !

    NON ! Je ne suis pas d'accord qu'on augmente les tarifs des transports urbains alors qu'on gaspille l'argent public dans des projets de communication en repeignant 182 bus scolaires en bleu pour 1 000 000 € ou en achetant 8 bus électriques à 537 000 € l'unité !

    NON ! Je ne suis pas d'accord que l'on fasse cadeau à un ancien maire, purgeant une peine de prison avec sursis et une peine d'inéligibilité, d’un poste de directeur d'une association des maires fonctionnant sur de l'argent public, dont celui des Petite-Ilois et des administrés de la CIVIS  alors que tant de jeunes diplômés galèrent pour trouver un emploi!

    NON ! Je ne suis pas d'accord qu'on ait accepté de céder à la CIVIS les 2 sièges qui auraient permis à notre commune d'être présente au Syndicat mixte de Pierrefonds et d’avoir droit au chapitre ! Ce syndicat mixte  est chargé de la gestion de l'aéroport, un outil économique important pour le Sud, mais le  président de l'intercommunalité  ayant besoin d'obtenir une large majorité au sein du conseil d'administration de cette société, pour imposer ses projets, notre Maire, Monsieur Serge HOAREAU n'a pas trouver mieux que de brader nos sièges, à nous les Petits-Ilois!

    NON ! Je ne suis pas d'accord d'être un élu “béni oui oui”, incapable de défendre les intérêts de la population de ma commune en faisant allégeance aux dirigeants des communes voisines.

    NON ! Je ne suis pas d'accord que l'on diminue l'enveloppe destinée à l'aide sociale pour la mobilité des Réunionnais vers la métropole.


    Avec mon équipe nous n'avons jamais failli à nos responsabilités, nous n'avons jamais cédé aux tentations de la facilité ou du défaitisme!

    Mon combat n'est pas simplement politique, il est avant tout logique !

    Il ne s'agit plus de droite, il ne s'agit plus de gauche, il s'agit avant tout de Rassembler, d'Unifier, là où ils nous ont toujours divisés. Un rassemblement pour créer l'Unité autour de personnes intègres, libres et capables de défendre les intérêts de la population au delà de leurs propres intérêts! 

    Des hommes et des femmes portant des valeurs et des convictions qui s'opposent à cette politique de bas étage à laquelle nous assistons bien souvent impuissants!

    Des hommes et des femmes qui  proposent une véritable force alternative et qui osent aujourd'hui se lever et se tenir debout face au système ! 

    Des hommes et des femmes capables de dire OUI mais également capable de dire NON, notamment au sein d'une assemblée que nous soyons membre de la majorité ou pas, quitte à en déplaire le pouvoir en place! Car c'est cela le véritable débat démocratique!

    Même si ce n'était pas mon intention première au lendemain des élections municipales, c'est dans cet esprit d'engagement et  dans cet esprit de respect pour la population que j'ai décidé de continuer mon combat, en me présentant aux élections départementales sur le canton: Petite-Ile, Mont-vert les bas, Mont-Vert Les Hauts, Grand Bois, la Cafrine, Manapany, Les Lianes, Carosse, Plaine des Grègues, Butor et Goyaves !

    
    A mes cotés, je vous présente maintenant, Kerina LAURET, une femme militante engagée pour la justice sociale  à qui je laisse la parole en tant que candidate sans étiquette sur ce canton! 

Kérina LAURET, mère de 3 enfants et  je suis originaire de Mont-Vert les Bas. 

    Depuis mon enfance, j'ai baigné dans la politique avec un Père et une Mère ayant assumés tous les deux, à leur tour, le mandat de conseiller municipal !

    Ma vie a été très longtemps marquée et imprégnée par la misère, et cela encore aujourd'hui! Ce vécu, cette réalité, font que je suis très attachée aux actions solidaires et sociales vis à vis des plus démunis, des personnes les plus fragiles de notre société à qui la vie n'a pas fait de cadeau!
    
    Dès notre naissance, nous n'avons pas les mêmes chances, dès notre naissance, nous n'avons pas les mêmes atouts, et il appartient à notre société, à ceux qui nous représentent de mettre en place les dispositifs nécessaires afin de corriger ces inégalités pour  permettre  aux personnes de condition modeste, aux personnes qui subissent des difficultés comme le Handicap,  d'accéder à un mieux être et un mieux vivre. 
    
    Je parle ainsi de  justice sociale vis à vis des gens qui se battent pour avancer dans leur vie. 
    
    
    Et justement cette soif de justice fait que depuis quelques années je me suis engagée plus fortement dans la vie politique pour porter ma pierre à l'édifice.
    Identifiée comme femme de la Gauche pour ma fibre sociale, j'ai été candidate aux élections municipales en Mars 2014 à Saint-Pierre sur la liste du Progrès conduite par Monsieur BADAMIA. 

    Et jusqu'à tout récemment, puisque cela ne date que de quelques jours, j'ai été collaboratrice parlementaire du Député de la 4ème circonscription, Monsieur LEBRETON, à qui j'ai demandé la rupture conventionnelle de mon contrat afin tout d'abord de lever toute ambiguïté sur mon engagement auprès de Fabrice LEBON pour ces élections départementales, puis pour des raisons d'éthique je tiens à reprendre ma liberté de parole, ma liberté d'action! 

    Car oui j'avais le choix entre garder ce poste et rester impuissante face à la détresse d'une population en souffrance en n'ayant pas le pouvoir de décision, ou le choix de reprendre mon libre arbitre et d'assumer des responsabilités pour œuvrer auprès de cette population tout en me mettant en péril sur le plan financier.

    Mais quand on est une femme de convictions, rien n'a plus de valeurs que ses idéaux et mon choix a été très vite assumé. 

    Cela faisait déjà quelques mois que je suivais le parcours de Fabrice, en m'intéressant à ses convictions et à ses actions sur le terrain! L'occasion nous a été donnée de se rencontrer et nous avons beaucoup parlé, nous avons beaucoup échangé sur nos vies, nos difficultés, qui nous ont amenés à être ce que nous sommes, à porter des convictions et des valeurs à la différence que lui ne pouvait pas accepter d'être catalogué à gauche, à droite ou au centre car il défend le principe d'un décloisonnement politique et il croit en l’Unité, au Rassemblement, sur des valeurs humanistes dans lesquelles je me reconnais également!

    Au final, aujourd'hui, Fabrice Oui tu as raison, il ne s'agit pas d'un combat de gauche contre la droite ni un combat de droite contre la gauche, MAIS il s'agit avant tout de mener un combat pour la Population. 
    
    Et tout comme toi, je défends la nécessité d'une moralisation de la vie politique qui se traduit par le respect de ceux qui nous font confiance par leur vote!

    Ce respect nécessite un engagement fort à l'égard de la population et avec Fabrice nous ne souhaitons pas demain être des conseillers départementaux “de Salons ou de baquets” en siégeant seulement dans un Palais Doré à Saint-Denis, ou en restant assis dans un bureau climatisé. Nous voulons être des conseillers départementaux au chevet de la population de son canton, une femme et un homme de terrain capable d'aller écouter, capable d'entendre et capable de défendre la population et capable enfin d'assurer le suivi de chacun de leur dossier, de leur préoccupation et veiller ainsi à leur satisfaction... 
    
    A la différence des autres candidats susceptibles de se présenter pour asseoir l'autorité de leur chef sur leur commune respective, nous ne sommes pas des envoyés, ne nous sommes pas les émissaires, nous ne sommes pas des parachutés et nous entendons bien nous consacrer à la mission qui nous sera confiée car nous ne sommes pas des candidats de soumission mais sommes des candidats avec des valeurs et des convictions!  




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Goutsa le 02/12/2014 14:07
NI DE DROITE NI DE GAUCHE!!! Mais dans le parti de Nicolas DUPONT AIGNAN, Debout La République. Un parti contre l'Union Européenne et plus proche de la Droite Extrême. Quel beau parcours pour deux anciens militants de la Gauche. C'est la soif du pouvoir qui vous fait courir et baver derrière des hypothétiques indemnités d'élus.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue