sak ifé nout jordu ék nout demin

Et dire qu'une partie de la Droite locale avait honte d'être de l'UMP lorsque Sarkozy était au pouvoir…


Édito
Jeudi 22 Novembre 2012

C'est clair, c'est une malédiction. Quelqu'un a jeté le mauvais œil à l'UMP. Etre de l'UMP, c'est aussi devoir se cacher. C'est le cas depuis 2011 à La Réunion. Les élus et les adhérents de l'UMP pensaient que l'accession de la Gauche au pouvoir, allaient changer la situation. Celle-ci est bien pire depuis dimanche soir. Elle a même empiré depuis hier soir. Certains à l'UMP vont à nouveau ranger leur étiquette. Heureusement qu'il y a l'UDI…


Et dire qu'une partie de la Droite locale avait honte d'être de l'UMP lorsque Sarkozy était au pouvoir…
Cyrille Hamilcaro, Stéphane Fouassin, Serge Camatchy, Didier Robert, Olivier Rivière, Nassimah Dindar… doivent se tordre de rire. Ils ne sont plus rien à voir - pour l'heure - avec l'UMP. L'UMP, c'est Michel Fontaine, le président, René-Paul Victoria, l'ancien président, Cyrille Melchior, Jean-Claude Lacouture, Daniel Gonthier… C'est vrai, reconnaissons-le, ils manquent de chance. C'est à nouveau leur parti politique qui est moqué. Raillé. Critiqué. Ridiculisé. Et c'est sur eux que rejaillit la chute de la crédibilité de l'UMP. Et ça fait des mois que ça dure.

En mars 2011 déjà, l'étiquette UMP avait disparu sur plusieurs affiches, professions de foi et bulletins de vote, remplacée par divers intitulés dont certains ne faisaient pas partie de La Réunion en confiance. Durant cette période, la presse n'a cessé de demander à Didier Robert et à ses amis : "Est-ce qu'ils avaient honte de se dire également de l'UMP". "Pas du tout, l'étiquette l'UMP figure sur nos affiches". C'est vrai si l'on regardait de près avec une loupe, il y avait effectivement tout en bas une petite tâche bleue et rouge. On aurait dit une coccinelle.

La politique "de casse sociale" était la seule cause de ce "reniement" temporaire. Critiqués, vilipendés et diabolisés, Nicolas Sarkozy et sa politique "anti-sociale" avaient placé l'UMP locale dans une position extrêmement inconfortable. Tout ce qui n'allait pas bien en France, c'était la faute de Sarkozy donc de l'UMP. Au point où la Gauche avait fait des adhérents et des élus de l'UMP, des pestiférés. La défaite de Sarkozy à la Présidentielle et de la Droite aux Législatives, avaient enfin levé la malédiction. L'UMP était redevenue un parti politique honorable… jusqu'à ce précédent week-end.

Et patatras ! Il y a eu une nouvelle élection en interne, entre les adhérents de l'UMP. Et là, des UMP ont traité d'autres UMP de tricheurs, de fraudeurs, de voleurs… Le bateau UMP a pris l'eau. "Ecopé !" a dit Jean-François. Mais, il n'y a plus de parti. L'UMP est coupé en deux. Il n'y a plus de solidarité. "Filons", a dit François. Fillon ne veut rien à voir avec Copé. L'ancien Premier ministre s'est retiré chez lui dans la Sarthe. Mais une fois de plus, c'est l'UMP locale qui sent à nouveau le pâté. Et c'est à nouveau la Gauche qui va "s'en payer une bonne tranche".

Pris en sandwich en une Gauche en verve (à La Réunion) et une Union des démocrates et des indépendants qui carburent au bio-carburant que Jean-Louis Borloo met dans son moteur, l'UMP locale se retrouve à nouveau dans une situation très désagréable. Pire que celle de 2011 ou de la Présidentielle, car elle doit désormais se protéger de… l'UMP.




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit