sak ifé nout jordu ék nout demin

Ericka Bareigts ou le danger communautariste


Politique
Vendredi 20 Février 2015

Ericka Bareigts a voulu faire parler d’elle en proposant au lendemain des attentats de Paris en janvier 2014 un amendement à la loi Macron.


Cet amendement voté par la majorité socialiste de l’Assemblée Nationale vise à remplacer 3 jours fériés d’origine catholique par des jours Tamouls et Musulmans dans les départements d’outre-mer.

La proposition de Madame Bareigts est dangereuse et déplacée. Déplacée car Madame La Député joue cyniquement sur la corde sensible des identités culturelles et religieuses dans les jours qui ont suivi un questionnement violent en France sur la place de l’Islam et des Musulmans dans la République.

Le moment pour poser cette question était vraiment mal choisi.

Au lieu de jouer la carte de l’apaisement. La députée de Saint-Denis agite le chiffon rouge des clivages religieux. Cette proposition socialiste est dangereuse car elle remet en cause l’équilibre fragile Réunionnais du vivre-ensemble. Est-ce vraiment la priorité de discuter de nouveaux jours fériés à l’heure de l’examen d’une loi qui a pour but de relancer la croissance et l’emploi en France. Par définition cette proposition divise La Réunion et les composantes religieuses qui y vivent. Bien sûr les catholiques et leur hiérarchie ne veulent pas «lâcher» certains jours saints comme l’Ascension, l’Assomption et la Toussaint. Les catholiques Réunionnais auraient l’impression d’être les exclus de la République après l’adoption du mariage  pour tous.

Et pour la communauté Hindoue quel traitement faut-il réserver aux célébrations non retenues par Madame Bareigts comme Pongol, le Cavadee et Maha Shivaratri.

Et quelle fête reconnue pour les musulmans Aid El Kebir ou Aid El Fitr ?

Les bouddhistes eux ne sont pas reconnus par l’amendement Bareigts pourtant le nouvel an chinois et la fête de Guan Di sont aussi célébrés avec faste à La Réunion.

De même Madame Bareigts a oublié nos compatriotes chiites qui fêtent l’Achoura, les malgaches vont demander le respect de leur fête le 26 décembre.

Nous avons aussi la communauté juive qui peut réclamer ses jours chômées comme Yom Kippour et les protestants très attachés au jour de la Réformation ou les mormons qui commémorent le jour des pionniers chaque 24 juillet.

On voit que créer de nouveaux jours fériés ouvre la boite de Pandore avec des revendications communautaires à n’en plus finir ! La proposition de Madame Bareigts ne correspond à aucune demande sociale à La Réunion. Ni les communautés religieuses ni la population en général ou les acteurs économiques ne souhaitent mettre ce débat sur le tapis de l’harmonie culturelle réunionnaise.

Madame Bareigts comme nombre de ses amis socialistes œuvre avec beaucoup de cynisme dans un sens électoraliste en ciblant des « communautés » en espérant gagner des voix aux prochaines élections dans un pur calcul électoral qui fait grandement du tort à la République où il n’y a qu’une seule communauté nationale.

Les tragiques événements de janvier 2015 sont là pour nous rappeler qu’il ne faut pas jouer avec le feu des religions et susciter des réflexes communautaristes pour ne pas dire communalistes comme le connaissent nos cousins mauriciens.

Madame Bareigts veut instaurer un nouveau vivre ensemble en institutionnalisant les communautés suivant l’adage bien connu des socialistes « diviser pour régner », mais les Réunionnais unis, républicains et laïcs convaincus, ne se laisseront pas abuser par ses basses tentatives de division sur des bases confessionnelles et de récupération politicienne.

Le Tampon

Jean-Noël Payet



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue