sak ifé nout jordu ék nout demin

Eric Beeharry dénonce "un blocage politique"


Invité(e)
Jeudi 22 Septembre 2011

"Des monopoles qui perdurent d’autant plus aisément, qu’on retrouve leurs dirigeants et amis dans la classe politique. Un milieu politique qui n’a pas intérêt au développement de la Réunion".


Eric Beeharry dénonce "un blocage politique"
"Car l’emploi public ou subventionné est si répandu à la Réunion (près de 2/3 des contrats), qu’on comprend facilement l’influence des élus sur la population. Au travers des collectivités (communes, département, région), des SEM (sociétés d’économie mixte) et autres organismes publics, les grands partis ont la main pour faire la pluie et le beau temps à la Réunion".

"Décider de qui aura un travail ou ne l’aura pas. Quelle association sera financée ou pas. Quelle entreprise privée obtiendra tel marché public ou pas. Chantage à l’emploi particulièrement en vogue par temps d’élections'.

'Il en découle alors un profond dégoût des Réunionnais pour la politique, caractérisé par une très forte abstention, allant jusqu’à 70% dans certains coins de l’île. Ce qui profite aux partis en place qui peuvent compter sur leurs milliers d’employés et militants, qui ne s’abstiennent jamais, faussant ainsi massivement le scrutin'.


'Car il faut bien « faire bouillir la marmite », comme me reconnaissait encore récemment une chanteuse bien connue et tant d’autres associatifs et patrons qui soutiennent Ensemble pour la Réunion, mais obligés au silence parce que nourris par les élus'.


'Ce qui n’est guère le cas des leaders d’Ensemble. Jeunes et détachés de toute compromission avec les grands partis, ils tiennent un langage clair, de vérité et dénoncent sans complexe. Et, au-delà du franc parler, proposent un projet d’avenir, progressiste, financé et rassembleur'.
 




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger