sak ifé nout jordu ék nout demin

Emplois verts : "Nous resterons déterminés jusqu'à ce que nous ayons obtenu gain de cause"


Édito
Mercredi 22 Août 2012

Richard Payet, l'un des porte-parole "des emplois verts en danger" participera aujourd'hui à la table ronde sur l'avenir des emplois verts, et ce suite à la baisse du quota accordé par le gouvernement. Le représentant affiche la détermination de son collectif. Interview.


Emplois verts : "Nous resterons déterminés jusqu'à ce que nous ayons obtenu gain de cause"
Quelle est la situation des emplois verts à ce jour ?
Le dispositif emplois verts regroupe aujourd'hui 75 associations et environ 2.500 emplois directs et environ 250 indirect.s Ces associations oeuvrent sur toute l'ile.

 Combien de contrats sont menacés par la baisse significative du quota ?
Quasiment l'ensemble, soit 2.500 contrat qui représente dix à douze milles personnes, d'ici la fin de l'année, soit dans le cas de non renouvellement de contrat ou par le non renouvellement de chantier.
 
Qu'attendez-vous de la réunion qui aura lieu demain à la préfecture ?
Nous attendons la reconduction de l'ensemble des contrats et des chantier qui arrive à terme d'ici la fin de l'année, mais aussi l'assurance de la pérennisation du dispositif pour les années futures.
 
Quelles sont les actions que vous allez mettre en place pour sensibiliser les élus et l'opinion ?
Jusqu'à maintenant notre action était pacifique, car nous ne voulons pas prendre la population en otage, mais si on ne nous entend pas, nous agirons en conséquence et resterons déterminés jusqu'à gain de cause.




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Gérard Jeanneau le 22/08/2012 10:01

Michel Vergoz, notre apothicaire député se fâche tout rose : il veut faire la lumière sur les emplois aidés et focalise son attention sur la Région qui aurait surconsommé son quota en période électorale, histoire de dédouaner François le Débonnaire, gros prometteur d'emplois aidés, mais trop désargenté pour tenir sa promesse.

Il oublie astucieusement de comptabiliser ceux qu'ont pu obtenir du Département ses bons camarades, Vlody et Patrick Lebreton, dans les mêmes circonstances. Mettons tout sur table à la préfecture : combien d'emplois verts ou non ont été distribués en périodes électorales par la Région, le Département, les groupements de communes et les mairies ? La réponse en étonnera plus d'un, notre pyromane de Sainte-Rose, en particulier ! Chiche ! qu'on donne une réponse claire ! Et Michel Vergoz de devoir regretter amèrement d'avoir mis le feu aux poudres !

Mais la réponse laissera de marbre ceux qui peuvent prétendre à un emploi aidé : dans cette guerre picrocholine, ils sont les pitoyables dindons de la farce et, avec les Atsems, il constitue le gros bataillon des serfs de notre république bananière.

Triste Tropique !

2.Posté par Gérard Jeanneau le 22/08/2012 20:52

Mea culpa : Michel Vergoz est sénateur et non député.

Mea culpa : ils constituent (et non il constitue)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit