sak ifé nout jordu ék nout demin

Eddie Adekalom : "Mon choix correspond aux intérêts de la commune et aux engagements de mes colistiers"


Invité(e)
Mercredi 1 Février 2012

"Pour ce deuxième tour, ma position est la suivante. En plaçant Maurice Gironcel loin devant, la population a souhaité le revoir à la tête de la mairie. Si on s'arrange pour changer l'orientation des électeurs, ce n'est pas bon", a expliqué Eddie Adekalom lors de sa conférence de presse commune avec Maurice Gironcel.


Eddie Adekalom : "Mon choix correspond aux intérêts de la commune et aux engagements de mes colistiers"
"Je comprends et accepte le choix des électeurs de Sainte-Suzanne. Pour mener à bien les projets de ma campagne, je choisis donc de travailler dans le sens voulu par la population, avec Maurice Gironcel. Je pense ainsi faire le choix qui correspond mieux aux intérêts de la commune et aux engagements de mes colistiers".

"Ensuite, je suis également conscient que la politique actuelle de Nicolas Sarkozy frappe durement la population et ne donne pas aux collectivités dont les communes, les moyens de conduire leur politique. Je dois combattre cette politique, et je veux construire le développement de Sainte-Suzanne".

"Je peux le faire avec Maurice Gironcel qui a déjà beaucoup d'expérience, en qui vous avez à nouveau fait confiance. Notre commune ne doit pas prendre du retard sur notre développement économique et social. Il a une équipe homogène, critique vis-à-vis de la politique du gouvernement et revendicative, ce que j'approuve".

"Je constitue donc avec lui une équipe qui porte les projets de Sainte-Suzanne et qui souhaite au niveau de l'Etat, un vrai changement en 2012. J'appelle donc toutes les électrices et électeurs de notre commune, en particulier ceux et celles qui ont voté pour ma liste, à voter et à faire voter pour la liste conduite par Maurice Gironcel, le 5 février".

Eddie Adekalom



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger