sak ifé nout jordu ék nout demin

Didier ROBERT : Réforme territoriale : les incohérences du gouvernement socialiste


Citoyen
Mercredi 29 Octobre 2014

Sur la proposition de Gérard Larcher, nouveau Président du Sénat, le début de l’examen en deuxième lecture du Texte sur la réforme territoriale a été précédé d’une déclaration de Manuel Valls suivi d’un débat avec les Sénateurs.


L’intervention de Manuel Valls, si elle s’est voulue porter l’assurance de la volonté de dialogue du Gouvernement, a surtout marqué la volonté de changer le moins possible un projet de loi qui ne va pas dans le bon sens, qui ne peut pas aller dans le bon sens.

En effet, en quoi consiste cette réforme si ce n’est à redessiner la carte de France des territoires sur un coin de table sans repenser au préalable la question des compétences des différents niveaux de collectivité, à re-centraliser autour de centres urbains en méconnaissant l’importance des territoires ruraux, à réformer pour réformer en somme ?

Bien sûr l’état prétend vouloir donner plus de lisibilité à l’action territoriale, mais c’est ce que veulent les élus locaux depuis longtemps ! Cependant en voulant passer en force, en voulant aller trop vite, c’est une réforme illisible qu’il tente de faire passer aujourd’hui!

En effet, dans un état décentralisé, dans lequel le rôle des collectivités est essentiel, le Gouvernement aurait dû associer au préalable les collectivités – mairies, communautés de communes ou d’agglomérations, départements, régions, et leurs représentants – les Sénateurs –à la préparation en amont d’un texte consensuel, au lieu d’imposer un texte incohérent, d’imposer une nouvelle carte qui a cristallisé les identités régionales, qui inquiète les territoires et leurs habitants, qui pose la question de l’avenir des fonctionnaires territoriaux, et qui hypothèque l’avenir des finances des plus petites collectivités.  


Sénateur de La Réunion

Didier ROBERT



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par melissa le 29/10/2014 11:23
Heureusement que Didier ROBERT est la pour dénoncer ce qui pose réellement problème à la Réunion !

2.Posté par DOM le 03/11/2014 15:43
la continuité territoriale
la part de la Région est passée, à 20,6 millions d’euros en 2013 et à 24 millions en 2014 contre 12,9 millions d’euros pour l’Etat en 2013 et 13 millions en 2014.

Depuis 2010, la Région Réunion a consacré 67 millions d’euros au dispositif de la continuité territoriale. Une politique extrêmement généreuse qui est loin de profiter aux plus défavorisés. En 2013, 3 millions d’euros seulement sur les 20, 6 millions, soit 15%, sont allés aux plafonds de revenus les plus bas. Bref, une aide qui profite pour une bonne part aux Réunionnaises et Réunionnais qui peuvent voyager sans ce bon de 360 euros. Monsieur Didier Robert ose nous parler d’égalité des chances et d’équité.
Dans un département où 52% de la population vivent en dessous du seuil national de pauvreté et survivent avec les minimas sociaux, et où presque trois jeunes sur quatre sont au chômage, est-ce qu’il est judicieux de consacrer tant d’argent à l’"aide au passage aérien " ? Si " Gouverner, c’est choisir ", la bonne gouvernance se lit dans les priorités de l’action au service de l’intérêt général.et le 1er c’est l’emplois

J'insiste tout particulièrement sur la volonté du gouvernement de préserver cette faculté à la mobilité des jeunes dans un parcours de formation ,sans modification du régime actuel, la dérive constatée par( l'octroi de billets tous publics )
menaçait l'existence même de cette mesure
positionnement de bon sens de la Ministre des Outre-mer

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter