sak ifé nout jordu ék nout demin

Daniel Faivre dénonce le violences faites aux hommes


Édito
Mardi 6 Décembre 2011

L'internaute s'appuie sur des articles de presse paru dimanche dernier dans la revue Marianne. Daniel Faivre dresse un tableau particulier des violences faites aux hommes. Là-aussi, les agressions caractérisées s'enchaînent dans un silence assourdissant. Pire, la justice a du mal à croire qu'une femme peut être capable d'actes violents…


Daniel Faivre dénonce le violences faites aux hommes
"L'égalité, c'est donner le droit", dit Daniel Faivre. L'internaute fait un réquisitoire sans concession sur les violences faites aux hommes : "Aux femmes d'insulter, parfois de frapper. De menacer avec un couteau, une casserole d'eau ou d'huile bouillante. De se comporter comme des tigresse, des guêpes".

"Et si l'homme demande le divorce ont monte les enfants contre lui. On vide son compte. On lui saisi tous ses biens. Tous, huissiers et avocats sont contre lui. Tous des chacals qui en ont fait leur fond de commerce. Des hommes souffrent et ont peur. Des femmes qui disent : mon homme, il est à moi. La femme est possessive. La violence est des deux côtés. Nous disons stop, ça doit cesser".

Combien y-a-t-il aujourd'hui d'hommes dans les structures d'accueils ou chez un parent, suite aux violences faites aux hommes ? Pour répondre à cette interrogation : combien de conjoints masculins ont le courage de dénoncer leur souffrance. Comme pour les violences faites aux femmes, la loi du silence est terrible.

"L'homme battu a un fort sentiment de honte, de déchéance sociale, de perte de sa dignité et de son honneur. Comment un policier peut-il croire qu'un homme ait été frapper par sa femme ? Comment la justice peut-elle avoir la conviction qu'un mari ou un père puisse recevoir des coups de sa femme, sans riposter", explique un autre internaute.

"L'homme a souvent trop peur d'une justice qui dans son inconscient, a pris fait et cause pour la femme. A La Réunion, l'homme est coupable… dès sa naissance".




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par MCB le 06/12/2011 05:24
"Ma femme me bat".
"La violence conjugale n'est pas toujours l'affaire des hommes dans le rôle de l'agresseur. On entend peu parler des hommes battus, peut-être parce que les médias relayent davantage la violence faite aux femmes qui sont plus nombreuses à mourir sous les coups. Quand un homme est maltraité psychologiquement et/ou physiquement, il se tait. Comme chez la femme, la honte, la culpabilité ... empêchent de parler, de déposer plainte. De plus, la peur de perdre son statut d'homme fort, en verbalisant sa souffrance, peut être un frein puissant au dévoilement. La violence physique débute toujours par la violence verbale, psychologique (une réflexion sur l'attitude, un comportement, sur tout et rien)..."
Extrait de "Quand les mots manquent, la violence explose". Mon essai sur la violence. L'Harmattan. Sept 2011.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit