sak ifé nout jordu ék nout demin

Communiqué des élus du groupe LPA à la Région


Politique
Mercredi 8 Juin 2016

Entre 2012 et 2015, la Région a confié un certain nombre d'études à la SPL pour un montant total de 4 millions d'euros. Les élus devaient ce matin se prononcer sur l'attribution de « nouvelles » études à hauteur de 445 000 euros.


Commission permanente du 7 Juin 2016 :

SPL MARAINA

Des experts en beaucoup de choses :

Selon le rapport remis aux élus, la SPL Maraina aurait les compétences pour intervenir à la fois sur les déchets, les transports, l'aménagement, le tourisme ou encore l'open data.

Des études, encore des études :

« Définition des critères de sélection du foncier aménageable selon les orientations stratégiques de la Région » pour un montant de 149 939 euros alors que c'est le SAR qui définit ce qui est potentiellement aménageable et que le reste appartient aux SCOT.

Lancée par la Région en 2012, puis reprise par la SPL, de nouveau des études sur le RRTG pour la finalisation du tracé. Quatre ans pour définir le tracé d'un mode de transport dont on ignore s'il s'agira d'un tramway, d'un bus, d'un train ou peut-être un peu de tout. A quand un phasage opérationnel pour un vrai transport collectif ?

 

La SPL a étudié en 2012-2015 et ré-étudie en 2016-2018 :

Après l'« Evaluation du Plan de relance régional, clauses d'insertion sociale », la SPL « analyse des retombées du plan de relance régional sur le plan social et économique »

Après avoir étudié « l'optimisation des modes de gestion du patrimoine bâti de la Région », la SPL « poursuit son plan d'action permettant d'optimiser les modes de gestion technique et administrative du patrimoine Région »

Après avoir étudié « la réhabilitation et construction de bassin de baignade », la SPL « prolonge les travaux menés »

 

Depuis 4 ans la Région finance à hauteur de plusieurs millions d'euros la SPL Maraina qui lance des études et envisage maintenant de les poursuivre ou de les prolonger.

Soucieuse de l'utilisation de l'argent public et du retour sur investissement, Karine Nabénésa a regretté que ces études à tout-va depuis des années n'aboutissent pas sur des projets concrets : « on fait des études pour faire des études pour alimenter la SPL ». Elle a également interpellé la PDG de la SPL : « Il y a des agents de qualité dans les SPL, des cadres réunionnais qui ont envie de faire avancer leur île, pourquoi ne donnez-vous pas du sens à leurs compétences et à leur travail ? Pourquoi les faire tourner en rond ? Pourquoi nous faire tourner en rond ? »

Au lieu d'étudier ce qui a déjà été étudié au frais de la Région et donc du contribuable, le LPA demande à ce que la SPL aille se chercher de vrais contrats pour de vrais projets. Il en va de la pérennité de la structure dont le semblant de santé financière repose sur la Région.

 

IRT

Une subvention en augmentation


Les élus devaient se positionner sur l'attribution d'une première subvention de 10,8 millions d'euros à l'IRT pour son programme d'actions 2016. La structure en charge de la politique touristique devrait également bénéficier de 2,2 millions d'euros de subventions européennes et au second semestre, d'une autre subvention de la Région, cette fois « exceptionnelle » de 4 millions d'euros.

Comparé à 2015, le montant des subventions attribuées à l'IRT est donc en hausse, de 14,2 millions à 17 millions d'euros.

Plus de personnels mais pas plus de touristes

Jacquet Hoarau qui a présidé pendant des années le Comité du Tourisme de La Réunion (CTR) a indiqué à la Région qu'il aurait été bien que le nombre de touristes suive l'évolution des subventions accordées à l'IRT. Pour illustrer son propos, tout en reconnaissant que le secteur touristique est fragile, soumis à des aléas, il a rappelé qu'à l'époque où il présidait le CTR qui comptait environ une vingtaine d'employés, il y avait entre 400 et 430 000 touristes. Aujourd'hui avec plus de 90 agents à l'IRT, le niveau de fréquentation est le même.

Absence de stratégie

L'IRT était censé être un opérateur unique, en charge de mettre en œuvre pour le compte de la Région, la politique touristique. Aujourd'hui la Région finance également d'autres organismes tels que la FRT, le Club Tourisme et les Iles vanilles.

Si le rapport présenté aux élus évoque une série d'actions, nulle part n'apparait la stratégie.

Les élus du LPA ont demandé au Président de séance, Monsieur Lagourgue que très vite les Conseillers régionaux puissent débattre de la stratégie touristique pour que des objectifs clairs soient définis et des moyens adaptés mis en place.

Les élus du groupe LPA



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue