sak ifé nout jordu ék nout demin

Cantonales 2011 : La gauche confirme, la droite limite les dégâts


Politique
Lundi 28 Mars 2011

Le premier enseignement du second tour est bien sûr, une participation supérieure au vote du 20 mars. Cette mobilisation a profité à la gauche dans l'ensemble, excepté à Saint-Louis. L'autre enseignement, c'est la volonté de la population de rajeunir de la classe politique. C'est encore la gauche qui a bénéficié de cette tendance.


Cantonales 2011 : La gauche confirme, la droite limite les dégâts
Le taux de participation a été de 56,02 % hier. Il a été de 41,41 % au soir du premier tour. C'est donc quinze points de plus que lors du vote précédent. C'est à St-Louis 1, dans le canton de Cyrille Hamilcaro et Claude Hoarau que l'on a le plus voté en pourcentage. Ce sont les électeurs de Saint-Denis 2 qui ont fait preuve du plus faible sens civique, ils n'ont voté qu'à 41,37 % lors de ce second tour.

Cette mobilisation naturelle au second tour, a mieux profité à la gauche. C'est le cas à Saint-André et à Saint-Paul. A chaque fois, les communistes ont gagné trois sièges. A Saint-André, Eric Fruteau a réalisé le grand chelem. Les socialistes eux, ont conservé deux postes (Philippe Leconstant et Jean-Jacques Vlody) et en ont pris un (Gérard Françoise) au divers gauche, Alain Zanéguy, conseiller général sortant.

La plus forte participation a été aussi favorable à la gauche au Port (Pierre Vergès) et à La Possession (Roland Robert), mais pas à Saint-Louis. En effet, si Cyrille Hamilcaro (Nouveau centre - La Réunion en confiance) a su garder avec brio son siège face au maire Claude Hoarau, à La Rivière, Patrick Malet et ses militants du Nouveau centre - La Réunion en confiance, ont vécu une journée historique.

Ils sont parvenus à arracher à Yvon Bello (PCR), un canton qu'il a toujours gagné au premier tour. C'est sans aucun doute un peu de baume au cœur pour La Réunion en confiance. La semaine dernière, c'était Olivier Rivière, jeune maire de Saint-Philippe qui donnait raison à Didier Robert dans sa stratégie de renouvellement de la classe politique.

Car, l'autre enseignement de ce deuxième tour des cantonales, c'est bien la volonté de la population de rajeunir la classe politique. Sur ce point, et c'est sans doute un paradoxe, c'est le parti communiste qui a réussi la meilleure cure de jouvence. Au premier tour, Daniel Alamélou (Ste-Suzanne) et Henry Loulou Hyppolyte (Le Port 2) avaient donné le ton.

Pour ce second tour, Michèle Caniguy (St-André 1), Eric Fruteau (St-André 2), Pascaline Chéreau-Nemazine (St-Paul 3) ont confirmé cette tendance. Même si elle n'a pas été élue à La Possession, Vanessa Miranville, candidate Europe Ecologie Les Verts, incarne à elle seule, l'émergence d'une nouvelle génération de novices dans le microcosme local.

A droite, Olivier Rivière (Saint-Philippe) fait figure de jeune premier. Valérie Auber au Port 1, a également fait une entrée remarquée sur la scène politique, et ce contre Pierre Vergès mis en ballottage. A Saint-André, Jean-Marie Virapoullé a réalisé un bon score face à Michèle Caniguy, candidate communiste de la mairie.

Toutefois, la nouvelle configuration du Conseil général montre que c'est la gauche qui a su tirer avantage de tous ces éléments. La majorité départementale est sortie renforcée de ce scrutin (33 sièges), la droite en compte 16. “A un moment, j'ai pensé qu'on allait tombé à 13", a dit un proche de La Réunion en confiance.

Toutefois, tout peut encore arriver au moment de la constitution de la nouvelle majorité. En coulisses, les tractations ont déjà commencé...

Jismy Ramoudou



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 21 Janvier 2020 - 11:32 La confusion des genres de la Politique.

Dimanche 19 Janvier 2020 - 10:32 Un candidat sérieux pour Saint-Pierre