sak ifé nout jordu ék nout demin

Avec qui Didier Robert peut-il faire alliance au Conseil général ?


Politique
Mardi 22 Mars 2011

Cette question a été posée à plusieurs reprises à Didier Robert, hier lors de sa conférence de presse ? Si le patron de La Réunion en confiance n'a pas nié l'hypothèse d'une ouverture, avancée il y a quelque temps par Jean-Claude Lacouture, maire et conseiller général de l'Etang-Salé, il n'a donné aucune information sur les réflexions menées au sein de son mouvement.


Avec qui Didier Robert peut-il faire alliance au Conseil général ?
C'est un fait : Didier Robert n'a pas abandonné l'idée d'avoir une majorité au Conseil général. “Nous aurons le groupe le plus important au sein du Département”, a répété à plusieurs reprises le chef de file de la Droite, un peu comme s'il tentait de vendre un produit ou qu'il faisait des appels du pied.

“Les arrangements de derrière la cuisine, ce n'est pas le genre de la maison“, a insisté la président de la Région. C'est sûr, les négociations auront lieu “devant la cuisine “dans la clarté et la transparence". Didier Robert espère compter sur au moins un des deux "poulains" de Jean-Paul Virapoullé. Mais comme il le dit lui-même : “Plusieurs conseillers généraux ont été élus avec une étiquette de droite, aujourd'hui avec qui forment-ils la majorité ?” C'est pertinent. Très pertinent.

Alors avec quel parti du centre ou de gauche, Didier Robert peut-il espérer discuter ? Avec tous les partis, c'est aussi cela la démocratie. Ces discussions, réflexions et stratégies au sein des "staffs", ont commencé depuis des semaines déjà. Et le patron de La Réunion en confiance ne néglige aucune hypothèse.

Et à l'image de Paul Vergès, il crée le trouble d'une part pour mieux exister, d'autre part pour régner. Ainsi, son soutien sans aucune contrepartie, place Jean-Paul Virapoullé dans une situation délicate.

Le président de la Région oblige le sénateur à choisir son camp. Le désistement républicain (sans aucune condition) des représentants de La Réunion en confiance, en faveur des candidats (toutes étiquettes confondues) opposés au second tour à un socialiste ou à un communiste, ajoutent aux interrogations.

“A La Possession, nous soutenons Vanessa Miranville contre Roland Robert. Je tiens à rappeler que nous n'avons eu aucun échange avec la candidate d'Europe Ecologie Les Verts". Ainsi, Robert joue au Larousse, il sème aux quatre vents. En attendant que ça pousse, peut-être pour le troisième tour...

Jismy Ramoudou



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par poker le 23/03/2011 10:46
digne d'un joueur de poker. les électeurs diront 'il s'agit d'un grand ou d'un petit joueur.
pour l'instant c un petit poisson politique qui veut devenir grand. Ambition légitime mais son arrogance, son entêtement (comme les verges) le perdra.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 21 Janvier 2020 - 11:32 La confusion des genres de la Politique.

Dimanche 19 Janvier 2020 - 10:32 Un candidat sérieux pour Saint-Pierre