sak ifé nout jordu ék nout demin

Aline MURIN HOARAU : Une réconciliation culturelle sous le label RéunionNous


Culture - Kiltir
Dimanche 22 Novembre 2015

Le tiKozman, texte d'introduction d'Aline MURIN HOARAU lors de la rencontre entre les artistes, les acteurs culturels et le projet Régional de Didier ROBERT


« Asoir nana kabar oté ! di kisa lé la ?
la nana bande  dalon la kiltir…
zot la venu kozé oté
zot la venu pou antour nout demin…
moin lé kontan ét ék zot a soir


Cette campagne des Régionales 2015 est l’occasion d’inviter ce qui fait notre Vivre Ensemble, notre Culture, à la table des débats.

J'ai sillonné l'île pour aller à la rencontre des réalités Réunionnaises.
J'ai eu aussi la chance d'aller voir ce qui se faisait dans les pays de la zone de l'Océan Indien. 

Avec François, nous avons récolté les paroles de nombreux artistes de l’Océan Indien. 

La toujours été des moments magiques parce que quand le cœur i koz, lé toujour valab.
Nou la entendu zot joies konm zot peines.

Mais toujours dans le chemin de la réconciliation…

La valorisation, la sauvegarde et le développement de la Culture est une constante. 

Chaque artiste porte en lui, dans son cœur, une image, une idée pour chanter son île.
Mais les envies ne sont pas toujours réalisables, souvent par manque de moyen.
La problématique d’attribution d’aides doit être compris et accepté de tous.

Nos chemins de vies sont multiples pour ce même espace qu’est La Réunion.
La Réunion est dans l’ensemble géographique et culturel de l’Océan Indien.
Pour un développement harmonieux de La Réunion, nous devons compter aussi avec tous nos frères de la zone Océan Indien.

Pour respecter l’autre, il est nécessaire de le connaître.
Connaître et reconnaître la façon dont nos voisins appréhendent la vie. Leur culture est un gage pour la réussite de nos entreprises communes.

Pour avancer ensemble et éviter de tourner en rond, il est vital de posséder et d’accepter un maximum de codes communs et une route commune.


Mais pour accepter se retrouver tous sur un même chemin, nous ne pourrons pas faire l’économie d’une Réconciliation avec nous mêmes. 

Comme pour la fabrication d'un tapis mendiant si cher à nos grands mères, nous la besoin  zaiguilles, de fil et des bouts de tissus.
Après, il faut coudre…

Le slogan de campagne de Didier Robert  c’est :

Réunion- Nous !
i tombe bien, non ?

  
Pour réussir ce « Réunion-nous », 
C’est par les « Kabar à terre », les actions de proximité… 
C’est par le respect de notre langue, celle qui nous permet de partager nos pensées, nos rêves… 
C’est par la réussite du passage de l’oralité à l’écriture
C’est par l’acceptation de notre image de Réunionnais
C’est par la valorisation de notre patrimoine 
C’est par la reconnaissance de tous les cultes
C’est par l’appropriation de notre histoire
C’est par la transmission qui commence dans la kaz, ki rentre dan lekol et ki continue toultemps.…

Il y a  sûrement encore un tas de choses qui rentre en jeu…

L’inscription du Maloya au Patrimoine Mondial est un pas vers cette réconciliation…

Le projet que propose DR va dans ce sens…

Il nous faut trouver la meilleure façon d’inscrire nos actes individuels, de chacun d’entre nous, dans cet ensemble Réunionnais porté par le Projet Culturel Régional de DR…

In manzé pou lo ker, pou nou fé lo kabalér
In zarlor plin trézor, ramasé tout koté
Konm inn ti brez dofé sou la cendre
Pou Mon kozé, mon bouzé
Pou fé danse la vi téat, dan téat la vi…
( de Lolita Tergemina )

Et la seule façon de faire, c’est d’avoir l’adhésion du plus grand nombre, c’est la participation de tous.

INFO REUNION



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 9 Mars 2021 - 07:50 Le Maloya d'Henri

Dimanche 20 Décembre 2020 - 07:15 FONNKÉR POU VINDÉSANM