inforeunion : Un regard info politique - Ile de La Réunion - Océan Indien
sak ifé nout jordu ék nout demin

Alain PETERS par Jean-Marie PIROT


Culture - Kiltir
Mercredi 12 Juillet 2017

En 2011, le projet de réaliser des minis émissions de 5 minutes pour tenter de comprendre des personnages de notre choix qui ont réellement fait pour la culture réunionnaise…
Et là, nous en avons tout un panier qui se cachent derrière un certain Alain PETERS.


Alain, Jean-Marie, Serge, François et Jean-Claude vous proposent un voyage unique de 5 minutes venant du monde des îlets de la culture réunionnaise.

À la découverte du cheminement du premier enregistrement d'Alain PETERS chez Jean-Marie PIROT, c'était à Saint-Gilles les Hauts, dans une petite case Satec en face du cimetière.

Quelques années plus tard, c'est au tour de Jean Marie PIROT d'être le sujet principal et de raconter cette histoire à Serge LACOUR et François ORRÉ, des artistes toujours à la recherche des fils qui tirent notre quotidien.

Avec Jean Claude COINDIN et PIMENT•TV, aujourd'hui, ce pan de l'âme réunionnaise  sera un peu plus partagé dans notre monde.

Konm diré lot, noulé paplis, noulé pamoin, réspék anou !

Depuis le temps du choix de la liberté des Maron, la devise du génie réunionnais est là, toujours faire mieux avec nos moyens…
Cette connaissance a pu être transmise grâce à l'engagement d'acteurs Maron…

Le prétexte principal est l'enregistrement des 12 premiers morceaux d'Alain PETERS au studio d'en face du cimetière.
On raconte, mais ne le répétez pas, que les murs de cette petite maison transpiraient du sang avec des gémissements lugubres le soir venu… Les occupants pour pouvoir rester dans cette maison devaient repeindre les murs intérieurs assez souvent, je me souviens d'une immense rose ornant de manière magique un de ses murs…

Petit clin d'œil à tous nos amis qui ont fréquenté cet endroit.


 

Alain PETERS par Jean-Marie PIROT

le Mag Piment Tv



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Décembre 2017 - 03:56 ​A SAINT-ANDRE, IL Y A CINQUANTE ANS