sak ifé nout jordu ék nout demin

​Les tribulations de mairesse Vanessa


Citoyen
Samedi 29 Novembre 2014

Jeudi 13 Novembre, journée internationale de la gentillesse, Notre toute puissante magistrate marque de son empreinte ce moment de façon bien singulière en faisant virer simplement et proprement une élue de l’opposition par sa police municipale.


Grave erreur de jeunesse ?
Comble de l’exaspération face à une opposition qui s’oppose ?
Notre maire rétorque qu’elle ne peut pas avoir de débats constructifs et ne pouvait faire autrement. 

Très bien ! De belles paroles qui, une fois de plus, présentent la maire comme celle qui voudrait faire démocratiquement avancer sa ville mais qui est empêchée par de méchants contradicteurs. 

Et si, l’éviction de cette élue du conseil, jamais vue à la Possession auparavant et de façon très exceptionnelle en métropole, la dernière histoire de ce genre revenant au conseil municipal FN d’Orange (tout un symbole), se révélait être une énième opération de boucanage de notre candide politicienne ? 

Il faut se rappeler les grandes envolées et les citations de la maire au début de son investiture : 

« La mairie restera ouverte en permanence à tous, c’est la maison du peuple ». 
Essayez aujourd’hui de passer sans autorisation la porte du sacro saint cabinet. 

« Les conseils municipaux se feront le samedi matin pour permettre aux citoyens de suivre les débats qui se feront en toute transparence »

Les deux derniers conseils ont eu lieu le mercredi et le jeudi tard dans la soirée. La maire avait même annoncé son intention de demander le huis clos pour le jeudi avant de réaliser que c’était une erreur.

Pourquoi ? 

-    Parce que, la grande majorité des médias étaient absent et n’ont donc pas pu faire de commentaires détaillés des débats dans le journal du lendemain, avec la probabilité qu’ils passent à autres choses les jours suivants.

-    La plupart des administrés ont travaillé toute la journée et rentrent chez eux s’occuper de leur famille et de leurs taches ménagères.

-    Parce qu’il s’agissait le jeudi de rediscuter des délibérations qui avait été annulées au mois d’Aout dernier par le Préfet et que les débats s’annonçaient encore houleux concernant notamment les changements de tarification des centres de loisirs et des cantines et le rétropédalage de la municipalité pour la gestion des emplois aidés par Bac Réunion. 

Le bordage scandaleux de l’élue du conseil municipal pour des raisons totalement infantiles a donc permit d’occuper le terrain médiatique et de faire repasser tranquillement, sans débat, sans réaction, sans l’opposition puisqu’ils ont quitté la salle derrière leur collègue, toutes ces affaires. 

Alors, fausse naïveté ou véritable manipulation ?  

Le plus navrant dans cette affaire, reste l’attitude des élus/adeptes de la majorité, qui ont courageusement et dans un même élan, sans doute au nom du libre arbitre et de la liberté de pensée, consciencieusement examiné le brillant de leurs chaussures. Une bien belle leçon de démocratie !

M. Cadet



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Le vernis craque le 29/11/2014 10:03
juste la confirmation d'un comportement autocratique et intolérant malgré les beaux discours médiatiques. Ce n'est plus Miranville mais Pirenville

2.Posté par ah bon le 01/12/2014 09:12
Mais laissez les travailler! Vous jugerez du résultat!

3.Posté par Gérard Jeanneau le 04/12/2014 21:10
Le boug Cadet, que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam, se lance dans une colère majuscule pour défendre une élue qui a été priée de quitter la séance. Soit ! mais j'attendais des arguments montrant la faute de madame le maire. Quel a été le comportement de cette élue ? A-t-elle tenu des propos injurieux ? A-t-elle monopolisé la parole ? A-t-elle eu, au contraire, un comportement quasi angélique ? On n'en sait rien, et l'auteur de l'article passe tout subitement à la conclusion, condamnant Vanessa Mirenville. Mon ami Descartes doit se retourner dans sa pauvre tombe !

Je ferai remarquer au justicier que je suis allé à une de ses réunions et que j'ai eu droit à exposer mes idées sans avoir été rabroué. Tous les participants ont été traités de la même façon. Tout le monde a été d'une irréprochable correction, il est vrai.

J'en viens à croire que cette élue sanctionnée et ses acolytes ont jugé bon de se conduire comme des marmailles dans une cour de récréation. Il faut bien alors savoir siffler la fin de la récréation et donner son avis sur les différents dossiers. Il y va de l'intérêt des Possessionnais ! Chassons l'infantilisme !

Et, à cause de cet article énigmatique, me voilà plongé dans un gros dilemme, comme mon cher ami Gargantua : dois-je pleurer comme une vache ou rire comme un veau ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 30 Août 2020 - 08:31 Lucie PAULA BAWEDIN