sak ifé nout jordu ék nout demin

Yvette Duchemann : "La femme a tout et la femme n'a rien"


Invité(e)
Mardi 6 Mars 2012

"Puisque ce sera aussi ma journée, le jeudi 8 mars 2012, j’ose dire que je la vis pleinement tous les jours, aux côtés et dans le regard de toutes celles que je côtoie au quotidien : enfants-femmes, femmes-mères, femmes battues, femmes de l’ARAST, femmes de Primat mon beau village, femmes à carte, femmes-enfants, femmes libérées, femme courage, femmes soumises, femmes sans emploi, femmes au foyer, femmes alcooliques, femmes homosexuelles, et tous leurs regards interpellent profondément mon admiration et ma réflexion".


Yvette Duchemann : "La femme a tout et la femme n'a rien"
"Aussi, parce que je les respecte, j’essaie au quotidien de favoriser la co-éducation et la solidarité entre nous car c’est tous les jours que nous nous battons :
- pour exister véritablement dans notre véritable identité plurielle,
- pour résister.

Résister à qui, me direz vous ? "Aujourd’hui, tout est facile : on a tout." On a tout et On n'a rien : tous les jours, on nous insulte, on nous harcèle, on nous viole, on nous enferme, on nous tue.

Que voulez vous donc ? Disent ceux qui gouvernent. Ceux-là mêmes qui s’assoient sur la parité et font tout pour la rendre inexistante, ceux qui s’accrochent désespérément à leur pouvoir d’élus locaux y compris, ceux qui préparent avec les outils que « leur  fauteuil » leur a octroyés, ceux qui donc préparent leurs filles, leurs fils pour le prochain tour.

La Réunion ne change pas : elle a connu l’oligarchie du régime plantocratique, et aujourd’hui le système se perpétue avec nos élus actuels qui ont bien assimilé le modèle du dominant - dominé et nous l’appliquent au quotidien : « ala inn kontra pou ou, inkièt pa : ma okup le rest apré kan intel sra fine rantr député ».

Rien n’a changé et pourtant rien n’est figé et tout peut changer. Je vous  appelle à nous remémorer constamment et à faire honneur à Héva, Simangavole, Marianne, Célimène… et aussi à Clélie, Rose-May, Bernadette… femmes discrètes et simples qui nous observent et dont les rides n’effaceront jamais la beauté sereine.  Bien sûr, je ne peux pas toutes les citer mais il est de notre devoir de ne pas les oublier, de les nommer, de transmettre l’histoire de leur vie et de leurs contributions autant que nous le pouvons.  Il est de notre devoir de dire merci.

Nous avons grâce à toutes celles qui se sont si courageusement, engagées avant nous l’arme citoyenne : notre vote massif c’est un des  modes de vigilance constante et collective  que je vous propose pour des 8 mars dans une société plus saine et plus juste".

Yvette Duchemann, candidate EELVR 6e circonscription



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger