sak ifé nout jordu ék nout demin

Tak, "Sini" et "Vira" passent le premier tour


Politique
Lundi 21 Mars 2011

Quel que soit le résultat du second tour, trois hommes ont également marqué ce premier tour de scrutin. Trois jeunes premiers qui sont bien placés pour réussir un retour sur la scène politique. Tant mieux pour eux, et tant pis pour le renouvellement de la classe politique…


Tak, "Sini" et "Vira" passent le premier tour
L'année dernière, lors des Régionales 2010, la presse s'est attardée sur la défaite de la liste de Paul Vergès et celle de Jean-Paul Virapoullé. “Le crépuscule des vieux", ont même écrit des journalistes. Un an plus tard, les "vieux" prennent leur revanche sur une relève qui veulent proposer d'autres méthodes politiques, mais des héritiers trop "bling-bling".

La politique, c'est de la patience. “Il faut donner le temps au temps”, disait l'ancien président de la République François Mitterrand. C'est la méthode appliquée par les trois hommes. Chacun, après la décision qui a conduit à leur traversée du désert, ont pris le temps de digérer les mauvais moments. Ils ont pris le temps de comprendre ce qui ne marchait ou ce qui n'a pas marché.

Puis chacun a son rythme a reconstitué son réseau. Peu à peu, le puzzle s'est mis en place. Au Tampon, André Thien-Ah-Koon a vite retrouvé le lien qui l'unit à la population. A Saint-André, Jean-Paul Virapoullé "n'a eu qu'à attendre l'exaspération des Saint-André. Souvent, on me demande quand est-ce que je reviens à la mairie". Pour Joseph Sinimalé, la tâche a été complexe. C'est un véritable travail de fourmi qu'il a mis en place, loin de la presse et des cocktails.

Et puis, il y a aussi l'attachement d'une partie des concitoyens envers ses hommes  charismatiques. Formés à la vieille école de la vie politique, ces trois personnes apportent à l'électorat, l'affection que ne savent pas distribuer les plus jeunes.

D'une année sur l'autre, une élection, ça peut aussi être un conflit de générations.

Jismy Ramoudou



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Daniel le 21/03/2011 12:19
Voilà un bon exemple d'addiction. Quand on a touché au pouvoir, on ne peut plus s'en passer. Les accros de la politique voudraient nous faire croire qu'ils se présentent, et se représentent et se représentent encore et encore pour le bien du "peuple" ! Ils sont en état de manque, voilà tout. Un seu siège vous manque et l'île est déserte ! C'est vous Monsieur Ramoudou, qui parlez de "traversée du désert".

2.Posté par PASTORE René le 22/03/2011 08:44
Je suis bien d'accord avec Daniel. Je suis un vieux "dinosaure" et pourtant, je suis naïvement scandalisé qu'on puisse élire et réélire un vieux dinosaure. Se croient-ils irremplaçables ? L'excuse de l'expérience est un leurre, car l'expérience peut être transmise aux jeunes sans être au pouvoir.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 21 Janvier 2020 - 11:32 La confusion des genres de la Politique.

Dimanche 19 Janvier 2020 - 10:32 Un candidat sérieux pour Saint-Pierre