sak ifé nout jordu ék nout demin

Samuel Mouen interpelle la presse


Courrier des Lecteurs
Jeudi 10 Mai 2012


Le journalisme n'est-il pas l'activité qui consiste justement à collecter, rassembler, vérifier et commenter des faits pour les porter à l'attention du public à travers les médias ?

Cette question reflète assez bien mon point de vue personnel (humble point de vue), sur lequel je vous prie de vous arrêter un court instant..., ou d'en discuter en raison des fréquents manquements constatés sur l'éthique intellectuelle de votre profession,  notamment,  au détriment d'un certain nombre d'acteurs de la société réunionnaise...
 
J'ai en tête, en exemple, une liste d'organisations associatives les plus méprisées et délibéremment exclues par vos rédactions respectives au grand dam des publics concernés ... Il s'agit pour votre information de :
- la Fondation France Outre Mer (Organisation de lutte pour la moralisation de la vie publique) ;
- l' Association des Amis de l'Afrique (Association ayant pour objet de valoriser la part africaine de la Réunion…) ;
- ou du Mouvement citoyen pour l'Emploi (Association de lutte pour l'emploi et contre le chômage ) ;
- du Conseil de Coopération, de Solidarité et d'Amitié ( Organisation ayant le même objet ) ;
- ou de l'Alliance des Abandonnés (Organisation coordonnant des actions de lutte contre la pauvreté, l'exclusion et/ou la précarité).
 
D'une part, vos rédactions se distinguent par un surprenant type de traitement de l'information qui interroge dans ses reportages comme dans ses oublis des faits pouvant être portés à l'attention du public...
 
D'autre part, sans me prêter à une quelconque critique de vos choix rédactionnels, je suis cependant  assez frappé par le manque d' intérêt que vous manifestez à l'endroit des organisations citées plus haut..  Ce qui est, oh combien préjudiciable pour ces dernières vous en conviendriez ?
 
Je vous remercie  par avance de bien vouloir en prendre acte, en n'oubliant surtout pas, qu'une information est d'abord,  une donnée d'actualité et d'intérêt général...  Aussi, puis-je vous suggérer, de bien vouloir respecter, si possible, tous vos interlocuteurs..., surtout quand les faits visent l'intérêt général ?...  
 
Votre y gagnerez, sans doute, en dépassant les préjugés et la discrimination, voire cette forme de xénophobie que je déplore à titre personnel et que je dénonce à travers vous ! 
 
Ces organisations exclues et tant méprisées ne méritent-elles pas un traitement au moins égal celui que vous accordez à d'autres associations ou d' autres acteurs poursuivant les mêmes objets ?
 
Ne méritent-elles pas votre considération pour le moins, au même titre que n'importe quelle autre association  ?... ( Ni plus , Ni moins ) ? 
 
Pourquoi tant de mépris ? Pourquoi tant de discrimination ? Pourquoi ?...
 
J'ose espérer, que cette interpellation, ne vous laisserait pas indifférente comme journaliste, mais également comme citoyen (ne) !

MCPE



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Bayoune le 10/05/2012 16:52
"J'ai en tête, en exemple, une liste d'organisations associatives les plus méprisées et délibéremment exclues par vos rédactions respectives au grand dam des publics concernés ... Il s'agit pour votre information de :
- la Fondation France Outre Mer (Organisation de lutte pour la moralisation de la vie publique) ;
- l' Association des Amis de l'Afrique (Association ayant pour objet de valoriser la part africaine de la Réunion…) ;
- ou du Mouvement citoyen pour l'Emploi (Association de lutte pour l'emploi et contre le chômage ) ;
- du Conseil de Coopération, de Solidarité et d'Amitié ( Organisation ayant le même objet ) ;
- ou de l'Alliance des Abandonnés (Organisation coordonnant des actions de lutte contre la pauvreté, l'exclusion et/ou la précarité). " Samuel, in sèl nafèr, donn anou lo ou lé nom bann responab tousa lasosiyasiyon, don ou sé le prézidan ou manb du biro, kan na inn. Sinon ou vé pa, sake fwa wa fé inn krote par si par là i fodra di domoune marss pa dodan. Si ou donn lo nom bann responsab, ou sar petrèt pliss pri o sériyé. Arète fé sinéma, ou lé pa lwin arive konm lo pcr, ou Ratenon, sake fwa, pou fé la kantité zot i siyé in groupuscule, arète kass lé kwuy Mouen. Parle anou plito, kan in fwa èk detrwa nervis aou l'afrikin, ou la fé viré réniyoné de l'enceinte du Conseil Général, ou la pa voulu zot i pran la parole pou lèss bann zétranzé parle à noute plass....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 17 Mars 2014 - 09:48 "L’arrogant mépris de Gilbert Annette !"