sak ifé nout jordu ék nout demin

Roland Robert : "Nous devons tenir compte de la situation nouvelle où Daniel Alamelou s’est exclu du PCR"


Invité(e)
Mercredi 8 Février 2012


Roland Robert : "Nous devons tenir compte de la situation nouvelle où Daniel Alamelou s’est exclu du PCR"
Ce mardi 7 février 2012 (ndlr : hier), une réunion du groupe PCR - Alliance au Conseil général s’est tenue avec deux points à l’ordre du jour :
- l’examen des suites à donner devant la situation paradoxale créée par le positionnement d’un de nos collègues à l’occasion des élections municipales partielles de Sainte-Suzanne ;
- le fonctionnement du groupe au terme de près d’une année au sein de la majorité départementale.

L’importance de ces deux points avait conduit le président de groupe, Roland Robert, à insister sur une présence indispensable de tous ses collègues, dans un courrier envoyé depuis le jeudi 2 février 2012.

Il ne nous était pas possible, pour la clarté de notre position vis-à-vis de notre parti et de l’opinion, de reporter ce rendez-vous, à la veille de la première séance de la Commission permanente de l’année 2012. En effet, nous devons tenir compte de la situation nouvelle où Daniel Alamelou s’est exclu du PCR.

L’invitation à cette réunion de groupe avait bien sur été faite à Daniel Alamélou notamment pour qu’il s’explique :
- sur son positionnement, à savoir se présenter contre le candidat désigné par le PCR qui l’a pourtant soutenu lors du scrutin cantonal de mars 2011 ;
- sur ses déclarations, à savoir travailler contre l’équipe soutenue par le PCR, élue au terme de ce second tour.

Il aurait été intéressant de l’entendre nous expliquer comment comptait-il défendre, au nom du PCR dont il s’est réclamé, les projets de la municipalité pour le bien-être de la population de Sainte-Suzanne.

Cela aurait été d’autant plus instructif qu’il a été sanctionné par le suffrage universel, et qu’il se retrouve dans une opposition municipale dont le but est de combattre les projets d’une majorité soutenue par notre parti.

C’est pourquoi les conseillers généraux du groupe présents considèrent que sa position va à l’encontre des intérêts défendus par nos collègues conseillers généraux du groupe.

Il était urgent d’en débattre avant la réunion de la commission permanente pour la bonne et simple raison qu’il y siège en tant que vice-président délégué du groupe PCR - Alliance.

Daniel Alamélou n’est pas venu. D’autres collègues étaient absents, les conseillers généraux présents ont donc estimé que le débat sur l’appartenance ou non à l’avenir de Daniel Alamélou au groupe PCR-Alliance doit être reportée afin que chaque collègue du groupe puisse faire valoir son point de vue. Dans le cas contraire, la décision du responsable du groupe qui découlera des éléments ci avant exposés s’imposera à tous.


Roland Robert, président du groupe PCR - Alliance au Conseil



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger