sak ifé nout jordu ék nout demin

Richenel Hubert : "La tâche qui attend Michel Fontaine est très difficile"


Invité(e)
Mardi 28 Juin 2011

Le délégué UMP de la circonscription de Saint-Denis n'a pas d'état d'âme. Pour ce proche de René-Paul Victoria, l'essentiel a déjà commencé : constituer la liste de l'UMP pour les Sénatoriales, et surtout travailler dans le respect, la transparence et la solidarité pour offrir deux sièges de sénateur à la Droite, au soir du 25 septembre prochain. Interview.


Richenel Hubert : "La tâche qui attend Michel Fontaine est très difficile"
Quel est votre sentiment à l’issue de l’attribution de l’investiture à Michel Fontaine ?
Le sentiment d’être dans une famille politique ouverte et respectueuse de ses adhérents, et de son règlement intérieur. La commission nationale d’investiture  a totalement respecté ce règlement. Sa décision était importante, Elle ne s'est pas précipitée.

Plus de deux heures de débats…
C'était nécessaire. Ce n'était facile de choisir entre entre deux hommes de grande envergure et de grandes compétences. Mais, il ne faut qu’une et une seule tête de liste. Et, le temps qu’il a fallu montre  que Jean-Paul Virapoullé a été considéré comme il se doit, avec un respect pour tout le travail qu’il a accompli à ce jour pour la population de La Réunion.

La Commission d'investiture a pris la bonne décision ?
Sans aucun doute. Quelle que soit la décision, elle aurait été bonne…

Il n'y a pas un peu de langue de bois, là…
Là, je ne m'exprime qu'en mon nom. Et, je reconnais en ces deux hommes de grandes valeurs et j'ai pour eux le même respect. Et cette investiture n'est pas forcément un cadeau. La tâche qui attend Michel Fontaine est très difficile. Car être désigné en lieu et place de Jean-Paul Virapoullé, ôte toutes alternatives au maire de Saint-Pierre. Il est condamné à réussir, et nous avec lui.

Y avait-il une autre stratégie à appliquer ?
On dit souvent que les autres partis ne gagnent pas, mais que c’est la Droite qui perd. Car nous, nous perdons beaucoup de temps à nous poser des questions :  pourquoi lui et pourquoi pas moi ? Pendant ce temps, les autres occupent le terrain.
Se pose-t-on aujourd’hui la question de savoir si la stratégie de nos adversaires dans leur méthode de désignation est bonne ? Non, car aux yeux de tous, ceux qui ont été désignés sont légitimes.

Comment l’UMP va-t'il se mobiliser autour de son candidat pour ces Sénatoriales ?
En montrant tout d’abord notre unité autour de cette décision. Je ne peux qu’espérer voir notre famille politique se retrouver tous ensemble derrière une seule et unique liste. La liste qui sera présentée prochainement par notre candidat.

Comment la Droite peut-elle gagner deux sièges au sénat ?
On gagnera en restant discipliné et respectueux des décisions prises par notre commission. Il ne faut surtout pas se tromper d’adversaire au risque de faire leur jeu. On ne gagnera que si on reste cohérent avec nous-mêmes et solidaires tout en élargissant nos portes vers tous ceux qui veulent travailler, au delà des barrières politiques, toujours dans l’intérêt de notre population.

Comment la Droite peut-elle se reconstruire pour 2012 ?
En se mettant tous autour d’une table afin de se mettre d’accord sur une politique commune et sans penser en premier lieu à la répartition de postes.
Il y a tellement à réfléchir sur toutes les problématiques qui se posent à nous, afin de rendre la vie de tout un chacun honorable, qu’il n'y a pas de temps aux arrangements personnels et aux ambitions privées.

Comment allez-vous travailler ?
Nous devons d'abord définir notre feuille de route, les femmes, les hommes, les outils et les moyens dont nous disposons et un calendrier que nous devons respecter. Et bien répartir les compétences.
Etre de Droite, être de l'UMP, c'est d'abord porter des valeurs : engagement, culture de combat, solidarité, confraternité, se mettre au service des autres… Et de La Réunion.

Jismy Ramoudou



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger