sak ifé nout jordu ék nout demin

René-Paul Victoria : "Qu'importe qui est responsable, mettons plus d'humanité dans le dossier de l'Arast"


Invité(e)
Lundi 16 Janvier 2012

Le député sortant de la première circonscription a regretté la "politisation" d'un dossier qui continue à pourrir le contexte politique local. René-Paul Victoria n'a pas réagi sur "le fond et la forme parce qu'il y a déjà assez de cacophonie. Aujourd'hui, je tiens à m'exprimer sur cette affaire, et ce pour demander un plus d'humanité pour les victimes".


René-Paul Victoria : "Qu'importe qui est responsable, mettons plus d'humanité dans le dossier de l'Arast"
René-Paul Victoria connaît le fond et la forme du dossier de l'Arast. Comme un grand nombre d'élus de Droite et de Gauche, il connaît également les vraies raisons qui ont conduit au gâchis de l'Arast. "Cette affaire perdure depuis plus de deux ans déjà, je ne crois qu'il faut ajouter à la polémique. Aujourd'hui, je ne crois que l'essentiel est de chercher qui sont les responsables de ce drame social".

René-Paul Victoria qui a perdu la mairie parce qu'une partie de la structure a bénéficié à son adversaire lors des Municipales de Saint-Denis, prend de la hauteur. "Il est nécessaire de prendre de la distance pour ne pas que La Réunion aborde cette nouvelle année, avec cette épine dans la pied. Nous devons proposer des solutions à toutes ces personnes toujours dans la détresse et le désarroi".

"La meilleure issue est bien sûr : régler le problème dans sa globalité. Dans le respect et la dignité de chacun. Nous devons revenir à nos fondamentaux : rajouter des valeurs humaines. La classe politique dans son ensemble, a manqué de tact et de discernement. Cette classe politique a trop souvent oublié que le dossier de l'Arast, c'était d'abord des mères et des pères de famille licenciés, sans revenus".

"C'était des personnes âgées livrées à elles-mêmes. C'était des enfants inquiets pour leurs parents, et des parents inquiets pour l'éducation de leurs enfants. C'est d'abord cela le dossier de l'Arast. Nous l'avons trop souvent oublié. Alors qu'importe qui est responsable aujourd'hui, mettons plus d'humanité dans ce dossier".




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Personne le 16/01/2012 08:38
"Nous devons revenir à nos fondamentaux..."
Qu'il est bon de l'entendre...
Des actes sont attendus maintenant ...
Je vous avoue que je commençais à désespérer !
Un projet cohérent et courageux pour les séquences qui arrivent ou alors attendons nous à l'insoutenable ...
Juste un conseil de personne: Soutenez le projet de la Présidentielle sur la base d'un projet (anticipé) des législatives, c'est à mon sens le seul moyen de prouver sa bonne foi aux yeux du peuple désabusé.
Allez à la Présidentielle tout en communiquant sur les législatives"...
"La présidentielle et les législatives doivent être faire l'objet d'un projet cohérent et indissociable...
Si nous voulons redonner du sens à la politique, il faudra être courageux et lever toute ambiguïté sur la position des candidats quant aux motifs de rejet de la politique par l'électeur... Quel est le principal rejet ???

2.Posté par FAIVRE DANIEL le 16/01/2012 09:41
Mort de rire René-Paul Victoria qui nous parle d'humanité lui qui méprise les pauvres,les retraités,les malades
les handicapés, que fait-il a l'assemblée National il va bat carré, et renouveler ses costumes chic.

3.Posté par MCB le 16/01/2012 17:27
Un peu d'humanité? Mieux vaut tard que jamais!
Nous sommes en présence de la violence institutionnelle médiatisée. Ceux qui nous gouvernent, en tentant de décrédibiliser les grévistes, se décrédibilisent eux-mêmes, par leur absence d'humanité. On se croirait dans une cour d'école maternelle: "Maîtresse, ils ont menti, ils ont mangé tout le gâteau"! Là, on touche vraiment le fond!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger