sak ifé nout jordu ék nout demin

Pour l'abolition du criminogène "visa Balladur"


Politique
Mercredi 14 Janvier 2015

​1995 – 2015 : des milliers de morts et de mortes au large de Mayotte.
Le « visa Balladur » tue !


Le 18 janvier 1995, le gouvernement Balladur décidait d'entraver la circulation des personnes dans l'archipel des Comores en imposant un visa d'entrée à Mayotte aux habitantes et habitants des trois autres îles comoriennes (Mohéli, Anjouan, Grande Comore). Ainsi se concrétisait l'isolement de l'île de Mayotte détachée vingt ans plus tôt de l’État indépendant de l’Union des Comores à la suite d'une décision unilatérale française contestée par les Nations unies.
 
Depuis des siècles, des petites embarcations dénommées « kwassas » allaient d'une île à l'autre tissant ainsi entre leurs populations d’importants liens sociaux, familiaux et professionnels : aucune frontière ne peut effacer de tels liens. Or, avec le « visa Balladur » ces voisins comoriens sont devenus des « étrangers » potentiellement « clandestins » s'ils/elles persistent à circuler dans leur archipel commun.
 
Depuis, par une véritable militarisation du contrôle des frontières - navires armés, radars, hélicoptères, etc. -, Mayotte est érigée en forteresse hostile à la plupart des personnes cherchant à la rejoindre : comoriennes et comoriens mais aussi malgaches ou exilés originaires des pays de l’Afrique des grands lacs. Ce dispositif n'a pas stoppé les déplacements ou les retours consécutifs à une expulsion vers Mayotte, mais a eu pour conséquence directe la mort en mer de milliers de personnes. 
 
Que ce soit dans l'archipel des Comores ou dans l’espace méditerranéen, la politique menée par la France et l’Union européenne poursuit le même objectif : rendre les frontières toujours plus infranchissables en livrant une véritable guerre aux personnes déclarées indésirables au mépris des droits fondamentaux. Les instruments et les effets de cette politique à Mayotte sont moins connus mais largement comparables à ceux observés en Méditerranée :
 ·         des moyens policiers et militaires exceptionnels sont déployés ;
·         empêchées de pénétrer sur le sol mahorais légalement, les personnes migrantes sont contraintes d’emprunter des routes toujours plus longues et dangereuses ;
·         poursuivies sur terre ou au large de Mayotte, ces personnes sont victimes d’une politique de harcèlement, d’enfermement et d’expulsion massive[1] ;
·         une coopération franco-comorienne déjà amorcée[2] vise officiellement à « mettre un terme aux drames en mer dans l’archipel » mais en fait à déléguer et externaliser le contrôle des frontières à l’État comorien. Un accord de « circulation », semblable à la dizaine d’accords migratoires signés avec des États dits  d’origine et de transit, est en cours de négociation entre l’État français et l’État comorien. Si l’Etat comorien le signe, cela aura pour conséquences de renforcer l’assignation à résidence d’une très large partie de la population comorienne jugée indésirable à Mayotte.
Vingt ans après l’instauration du visa « Balladur », les organisations signataires ont décidé d’unir leurs forces au cours de l'année 2015 pour que nul n'ignore les conséquences des politiques anti-migratoires menées par la France et l’Union européenne dans l'océan Indien : cette tentative de transformer Mayotte en forteresse coupée de son environnement économique et culturel est la cause d’une véritable hécatombe silencieuse.
 
Abolissons le « visa Balladur » !

Signataires :
 
Réseaux associatifs :
Migreurop (réseau européen et africain), MOM (Migrants Outre Mer), Sortir du colonialisme.
 
Associations :
AFASPA (Association Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique),
l’Amicale Panafricaine,
ATF (Association des Tunisiens en France),
ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France),
CCM (Conseil des Migrants au Maroc),
CDISCOM (Collectif de Défense de l'Intégrité et de la Souveraineté des Comores),
Comité Maoré,
CSP 75 (Coordination des Sans Papiers 75),
Emmaüs International,
FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s),
Femmes en Luth citoyennes à part entière,
FNC (Front Nouveau Citoyen) Mali,
GAC (Guilde des Artistes Comoriens),
GISTI (Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés),
GRITAC (Groupe de Réflexion pour l'Intégrité Territoriale de l'Archipel des Comores),
LDH (Ligue des Droits de l’Homme), Mémoires vives/Memoria Viva ,
MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples),
Respaix Conscience Musulmane,
UJFP (Union Juive Française pour la Paix),
Village d’Eva.
 
Syndicat :
Union syndicale Solidaires.
 
Partis politiques :
Djawabu Ya Komori (parti politique comorien),
Ensemble (mouvement politique français),
Front Démocratique des Comores,
MDA (Mouvement Démocratique pour l'Avenir des Comores),
NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste),
PCF (Parti Communiste Français),
Shuma (parti politique comorien).

INFO REUNION



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par bayoune le 15/01/2015 07:10
Ousa ilé la liberté de sirkilasiyon dann son péyi anvayi par les tenants de la liberté d'expression dans le blasphème défendue koté bann kriminel de l'Ukraine, d'USRaël de Libye, de la Cote d'Ivoire, bin des Comores aussi, toute lété an tète du défilé, la main dans la main pou andormi lé pèp lobotomisé, réduyi an mouton de Charlie...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue