sak ifé nout jordu ék nout demin

"Pou fé vive mémwar nout dalon Serge"


Édito
Dimanche 25 Novembre 2012

Camarades, amis, dalons dalones, merci dète venu isi cette après midi. Noute toute, nous lé là èk Cimendef pour notre camarade Serge, ke la kite anou na déjà 4 ans. Lo temps i passe vite. Serge lété un grand militant culturel, un militant politique anticolonialiste et internationaliste.


"Pou fé vive mémwar nout dalon Serge"
Nou antan partout l’Etat français i honore ses héros, ses combattants – parfois des criminels, des pires colonisateurs, tel Jules Ferry. Dans lo mois de novembre, le gouvernement socialiste français avec son ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian prévoit d’inaugurer, le 20 novembre prochain, une stèle à Fréjus destinée à accueillir les cendres de Bigeard au sein du Mémorial des guerres d’Indochine (voir le site de la LDH Toulon : Bigeard, le massacreur des patriotes Algériens.

Ils fêtent leur 14 juillet, le 11 novembre èk gran flonflon. Sakin son bann, anou  Réniyoné, nou osi nou na lo droit rann in lomaz-souvenanss à in viyé dalon anou, in viyé konbatan, mi vé dire, Serge Sinamalé ke bonpé domoune Réniyon la konu ali.

Nou léla, noute toute ansanb pou onoré, pou rann in  lomaz  au souvenir de Serge Sinamalé.

Pou sate la konu le camarade, zordi na un vide dopi 4 tran ke li lé parti. Il était été un conseiller, un guide pou bann jeune ke lu la initié au Maloya. Zordi, konm souvent Moïse, le président de Cimendef i di, Cimendef sé la septième génération i kontinu le travail de Serge pou lo maloya.

Lé bon de rappeler quand Serge la komansé le maloya, zinstruments lavé preskepwin, lu la démarss bann zancien pou aprann èk zot koman  i fabrique in roulèr, in kayanm, in bob, pour pouvoir retransmettre ensuite.

I fo pa oubliyé, le maloya lété interdi, lété zoué en  cachette, dann fond la cour, dann karo de canne, dann fond de ravine, quand gendarme i débarké té i kraze lo bann zinstruman maloya, èk tenasité i falé arkomanss fabrike lo bann zinstruman. Serge la mène in konbat de résistanss pou mètt le maloya en l’air.  Pou avoir zoué maloya à St Gilles ( St zil-land), la fou ali la zole koloniyale.

Serge avec son bann dalon la fé toute pou fé vive noute kilture, noute muzik, le maloya étouffé, ke le pouvoir la sèye tuer. Zordi, sé la récupération par ceux la même té i moukate le maloya, so musik de sauvage que zot la voulu fé disparètt. Zordi, zot i fé sanblan mète le maloya en l’air. Soit disant pour le conserver, i mètt  sà l’UNESCO, peut-être in autre façon pou sèye étouf noute kilture, i fo ète méfiant.  

Avec la détermination, courage de noute bann viyé dalon, konm Serge, Firmin Viry et le roi kaf, granmoune Baba - la bataye té dur pou fé konète le maloya. Zordi i vole anou un peu noute patrimoine i vole le travail acharné bann viyé réniyoné, i dépouille noute zenèss de noute kilture pou lanss zot tourisme et fé anvayir anou. Konm zespèr kwy, dé boug konm Gonhier i sar zoué kayanmb pou l’UNESCO.

Encore une fois, merci d’être là ce soir avec Cimendef, un soir de plus pou fé vivre la mémoire de notre camarade Serge. pou aide anou fé vivre la mémoire de ce  grand patriote, ce militant culturel et politique réunionnais. Sate na in ti kozman pou Serge, in ti souvenir, zot premier  kontak avec lu, partaze èk noute toute.

Un militant culturel, un militant politique, les anciens la konu Serge, étant  militant du PCR, il était l’un des fondateurs du FJAR, du Mouvement Indépendantiste Réunionnais dans les années 70 ( le MIR). Il a fait parti de tous les combats politiques, lors de fraudes et de violences électorales, avec ses camarades il résistait aux CRS, (té i di kass en fer dann lo tan), aux bandes  de nervis, sans foi ni loi - les tontons macoutes des maire fraudeurs.

Pou ceux que la vive 1991, les émeutes, la révolte populaire du Chaudron, Serge était sur les barricades. Pour prévenir les mouvements des troupes et les charges des CRS contre la population révoltée du Chaudron, avec la cibie, sous le pseudo Anis Serge échangeait avec fauve noir, loup blanc et d’autres, son bann dalon.

Serge lété un militant anticolonialiste et internationaliste. On le retrouve pratiquement dans toutes  les manifestations, à coté des travailleurs en lutte, dans les marches contre l’Apartheid,  en solidarité avec le peuple Palestiniens en lutte contre le sionisme, avec les kanaks, les Guadeloupéens victimes de la répression coloniale française.

De passage à Paris en janvier 1991, il participe, avec les émigrés réunionnais de  l’UGTRF à la grande marche contre la guerre en Irak,  de la Place de la Bastille à la République.
Voilà pou zot toute, brièvement brossé le portrait d’un militant exemplaire  que Serge lété.

Merci zot toute dawar ékoute amwin. Nou la exposé des photos, pou rotrass inpé la vie de Serge. Zètt in ziyé dosi.

"Pou fé vive mémwar nout dalon Serge"

Jean-Claude Barret



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Ra le bol ! le 26/11/2012 08:27
Ankor un kourié ke je ne liré pa !
I an a vréman mar de tou sé kourié an peti nègre ke loin fé pacé pour du kréol.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit