sak ifé nout jordu ék nout demin

Philippe Naillet (PS) à Jean-Jacques Morel : "Le redressement dans la justice, c'est maintenant"


Invité(e)
Jeudi 27 Septembre 2012

"On pouvait s’attendre de la part de Jean-Jacques Morel à un peu de retenue dans son jugement sur les 100 premiers de François Hollande, de celui qui fut un des premiers inconditionnels du candidat Nicolas Sarkozy en 2007, celui qui criait à la France entière qu’il serait le président du pouvoir d’achat mais aussi le président qui allait ramener le chômage à 5% de la population active".


Philippe Naillet (PS) à Jean-Jacques Morel : "Le redressement dans la justice, c'est maintenant"
"Pour des raisons qui nous échappent, voilà Jean-Jacques Morel obligé de traiter les Socialistes d’irresponsables et de menteurs qui auraient trop promis. On aurait préféré que Jean-Jacques Morel, avant de tirer des conclusions hasardeuses sur les 100 premiers jours de François Hollande, nous explique pourquoi le volontarisme proclamé de son champion s’est transformé en impuissance à faire reculer la crise.

Mais revenons à différents points de son courrier. Sur la prétendue baisse de 50% des années de suppressions de postes (8000 sous Nicolas Sarkosy), le Ministre vient d’annoncer 40000 postes de professeurs pour 2013. La Réunion sera pourvue dans la durée en prenant en considération les résultats de notre académie. Un travail devra être fait auprès des syndicats de l’Education Nationale et auprès des associations de parents d’élèves.

Sur le cumul des mandats, les socialistes ont voté en interne le non cumul, il serait préférable que tous montrent l’exemple. De toute façon une loi sera votée et l’engagement voulu par François Hollande s’appliquera à tous.

Sur les premières mesures de la nouvelle majorité, l’augmentation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire, l’augmentation du SMIC, la priorité donnée au logement social, l’adoption par le parlement du dispositif contrat d’avenir, les premières discussions sur le contrat de génération, la réorientation de la fiscalité vers les hauts revenus, la suppression de la TVA sociale donnent le marqueur de la nouvelle majorité : le redressement dans la justice.

Pendant, 5 ans sous votre champion Nicolas Sarkosy la potion était particulièrement amère pour les classes populaires, les classes moyennes, les petites et moyennes entreprises, alors que les plus riches abusaient de toutes sortes de dispositifs pour payer moins d’impôts à l’abri du bouclier fiscal.

Aujourd’hui, une autre politique voulue par les Français se met en œuvre dans un contexte de crise sans précédents, c’est en 2017 que le Président Hollande aura des comptes à rendre aux Français. Pas avant, n’en déplaise à l’opposition".

Porte Parole Fédération PS Réunion



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Ludovic LESTE le 27/09/2012 08:04
Je me permet de vous faire la remarque Mr Naillet, vous pouvez dire se que vous voulez sur le Président Sarkozy. Par contre j'ai un sentiment différent de vos dire sur le changement !
Tous simplement il ne vient pas, en plus nous ne ressentions pas vraiment cette crise avant les présidentiels. Maintenant si! c'est peut être sa le changement. J'ai cru comprendre Monsieur, que dans les nouveaux accords signé en compagnie de nos nouveaux députés et de notre ministre de l'outre mer. ( sur le coût de la vie), il est question d'une libéralisation du prix du carburant, pour une soit disant concurrence qui va coûté au moins mille emplois. Tous sa pour quelques centimes, qui seront vite rattraper par la hausse mondial! Bravo à vous, le Président Sarkozy n 'y aurait même pas pensé!
Faut dire qu'ils sont riches ces pompistes, leurs emplois ne leurs manqueront pas, enfin selon l'esprit de gauche!

2.Posté par Gérard Jeanneau le 06/10/2012 00:32

Une bonne lecture pour l'angélique Philippe Naillet : les cocus de Hollande.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger