sak ifé nout jordu ék nout demin

Philippe Jean-Pierre : "Aucun plan pluriannuel d'investissement à la Région"


Invité(e)
Mardi 12 Avril 2011

L'économiste de l'Alliance a brossé un tableau noir de la première de la mandature de La Réunion en confiance, en matière de développement économique. Selon Philippe Jean-Pierre, 'la Région Réunion n'est plus un levier efficace pour la relance économique. La collectivité doit se recentrer sur ses compétences".


Philippe Jean-Pierre : "Aucun plan pluriannuel d'investissement à la Région"
Philippe Jean-Pierre, A l'instar de ses collègues de l'Alliance, dresse un bilan négatif de la gestion de l'équipe dirigée par Didier Robert. L'économiste critique l'abandon des projets tram-train et MCUR et le passage de 4 à 6 voies de la future route du Littoral. "Notre économie repose sur un certain nombre de moteurs, les gros projets en font partie".

"L'absence de ces gros investissements depuis la livraison de la route des Tamarins, a des conséquences négatives pour les entreprises locales. Beaucoup ont périclité depuis. Il est essentiel que le Conseil régional redevienne un relais de croissance au lieu de satisfaire de quelques mécanismes de relance. L'aide aux communes et quelques marchés ne suffisent pas, La Réunion a besoin d'un pluriannuel d'investissement".

"C'est essentiel car la capacité réunionnaise n'est pas plus à son niveau. La Région doit proposer une vraie lisibilité pour la relance de la commande publique et le développement économique de notre île. Pour cela, le Conseil régional doit se rencontrer sur ses compétences, et rompre ainsi avec l'improvisation permanente".

Et Philippe Jean-Pierre d'enfoncer le clou : "La Région Réunion n'a pas à se mettre au service de candidats lors d'élections, comme cela a été le cas lors des cantonales. Cette collectivité n'est pas non plus qu'un outil de communication politique".

Jismy Ramoudou



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger