sak ifé nout jordu ék nout demin

Patrick Lebreton, le "petit dictateur" n'a pas fini sa révolution


Édito
Mardi 1 Octobre 2013

Le patron du Progrès propose un PS "à la mode de chez nous". Le député-maire de Saint-Joseph travaille à sa vision de régionalisation et à la promotion de la femme et de l'homme réunionnais. Et si au passage le "petit dictateur" peut renverser le "clan Annette", sa révolution sera mieux réussie. Et totale. Car, c'est un fait. Patrick Lebreton en a ras sa bertelle des Annette. Il l'a dit et répété à maintes reprises hier lors de sa conférence de presse.


Patrick Lebreton, le "petit dictateur" n'a pas fini sa révolution
Quel que soit le sujet qu'il développe la référence sarcastique de Patrick Lebreton, c'est Gilbert Annette. C'est ainsi. Il y a la gestion du parti, "le PS est devenu une structure d'accueil où on y place son frère. Sa famille". Et lorsqu'on interroge le parlementaire sur l'émancipation du PS local par rapport à Paris. "Il faut changer les statuts. Les primaires, c'est la voie d'avenir. Comme de faire les primaires, là-aussi, il faut du courage. Nous, nous sommes courageux. Pour les autres, il faut regarder dans le dictionnaire".

Et les conséquences de ces primaires sur la vie du PS ? "Si qui vous savez avait fait les primaires, peut-être qu'il ne serait pas en difficulté comme le relate la presse". Et Patrick Lebreton d'enfoncer le clou. "Je n'ai pas de cadeau à faire à Gilbert Annnette. On ne vit pas dans le même monde. Il m'a traité de petit dictateur sur un média. Moi, je ne vis pas dans un monde virtuel, un peu comme si ou vend cochon dan goni".

Le responsable du Progrès s'appuie sur "ces dysfonctionnements" pour proposer une évolution des statuts ou une révolution dans les esprits. Fervent défenseur de la régionalisation, Patrick Lebreton demande une autre mode de fonctionnement du parti socialiste local "plus ouvert à la population". "Un vaste chantier en perspective". Car, Paris garde la main et la légitimité statutaire des adhérents à jour de leur cotisation.

Le patron du Progrès a sans doute raison. Tant dans la démarche que dans l'objectif. Et même si son antagonisme avec Gilbert Annette, a été également le déclencheur de son action, Patrick Lebreton pose depuis quelque temps déjà, la question de l'autonomie des représentations politiques locales, par rapport à leur parti national. Entre l'émancipation et l'autonomie, s'intercale la question de la régionalisation des partis et mouvements politiques locaux.





      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par R I P O S T E le 01/10/2013 06:40
Mèt ' enkor la pa assez ! LEBRETON , socialiste .

2.Posté par ango le 01/10/2013 09:12 (depuis mobile)
Petit dictateur lui, bien il doit être le frère jumeau de fontaine grand dictateur

3.Posté par Kabar Yab le 01/10/2013 10:31
Pas d'accord avec votre article monsieur. Oui il fallait créer un mouvement comme le PROGRÈS afin de pouvoir se faire entendre. Mais de la à appuyer votre article sur un qualificatif (le petit dictateur) qui n'engage que vous m'interpelle. Vous êtes qui vous pour écrire et par là donc insinuer que Mr Lebreton applique une politique dictatoriale ? Si à chaque élection il a les suffrages de la population, c'est dû au travail d'un homme et de ces militants au service de la population Saint-Joséphoise. Un homme qui travail un point c'est tout. Reprendre des mots sortis de la bouche d'untel n'a aucune valeur si ce n'est que mépriser la population dont je fais partie.

4.Posté par Patrick Lebreton, Le progressiste qui conduit la révolution le 01/10/2013 10:32
Je ne vois pas l'utilité du titre, de l'insulte, qui est faite à l'un des rares politiciens à donner la parole au peuple en lui laissant élire ses candidats pour les municipales. Il est dommageable que le PS ait refusé le jeu de la démocratie. Personne n'est venu "candidater", à qui la faute ? Le "Petit Dictateur" n'est que la reprise de propos haineux et diffamatoires d'Annette pour juger Lebreton et le score record enregistré aux primaires pour la Présidentielle, à Saint-Joseph. C'est donner beaucoup de crédit à Gilbert Annette qui ne mérite pas autant, qui oeuvre et agit comme si le secretaire général de la Fédération n'existaqit pas, ce qui conforte l'idée que Leconstant est un homme de paille au service du clan Annette et Cie. C'est une réalité.

Quant à Lebreton, il fait son chemin, soucieux de mériter la confiance des électeurs en restant à leur écoute. Comme les leaders se font rares, il fallait le dire.

5.Posté par ti louloune le 02/10/2013 08:52
Dis patrick !!!
Tu ne portes pas plainte en diffamation on te cites la de small distator !!!!
Kan meme !!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit